France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

PSG: prendre le bon élan avant Manchester

Samedi 09 février 2019
PSG: prendre le bon élan avant Manchester
Les Parisiens préparent la réception de Bordeaux, lors d'une séance d'entraînement au Camp des Loges, le 8 février 2019 - FRANCK FIFE (AFP)

Le Paris SG, qui reçoit Bordeaux samedi (17h00), se sert souvent de la Ligue 1 comme d'un trampoline avant l'Europe. Mais l'incertitude Marco Verratti et la défaite à Lyon laissent craindre qu'un ressort soit cassé, à quatre jours de Manchester United.

. Bordeaux, dernier arrêt

1-0 à Toulouse en 2018, 3-0 à Bordeaux en 2017: les Parisiens ont pris l'habitude de franchir la dernière haie avant leur 8e de finale aller de Ligue des champions avec l'aisance de l'équipe sûre d'elle-même et prête pour le grand soir.

Mais avant Old Trafford, le PSG traîne la patte. Le revers à Lyon dimanche (2-1), le premier de la saison en Championnat, a cassé sa dynamique, à peine relancée mercredi par le difficile succès en Coupe de France contre Villefranche-sur-Saône (3-0 a.p.), club de 3e division.

"Ce n'est pas le meilleur moment (de la saison). Mais ce n'est pas le moment pour être trop strict et perdre la confiance, a expliqué vendredi l'entraîneur Thomas Tuchel. C'est toujours le moment pour rester critique, parler entre nous des choses qui ne sont pas bien. Mais pas celui de douter. C'est nécessaire de rester calme. Il y a toujours dans la saison des semaines ou des matches difficiles. C'est normal."

Pour Paris, sans Neymar, tout l'enjeu face aux Girondins, 12es de Ligue 1, sera de convaincre sur le terrain et, surtout, de ne pas se faire mal, d'autant que les jambes sont lourdes au milieu d'un calendrier marathon.

Pas question de se relâcher non plus, pour le technicien allemand: "C'est au Parc, notre maison, on joue avec notre maillot. C'est notre responsabilité de jouer notre meilleur match. D'un autre côté, c'est ma responsabilité de protéger les joueurs qui ont beaucoup joué. On doit faire un mix entre ce qui est le mieux pour le groupe et les joueurs."

. Verratti, dernier essai

Le retour de Marco Verratti, l'un des deux milieux défensifs de métier restants avec Leandro Paredes, doit soulager les maux de tête de Tuchel, qui s'est bien gratté le crâne pour trouver des solutions à ce poste. Il sera très scruté contre Bordeaux.

Le "Petit Hibou", qui a manqué près de trois semaines à cause d'une entorse à la cheville gauche, est "disponible, mais pas pour 90 minutes", selon Tuchel qui a confié avoir "dix" des onze titulaires pour Manchester United dans son esprit. Avec Verratti?

"C'est impossible pour Verratti d'être à 100% pour Manchester. Sur un match, il peut survoler. Mais sinon, impossible d'être à 100%", explique à l'AFP le préparateur physique Xavier Frezza, en raison du court délai de remise en forme.

"Avec Marco, si c'est possible, on doit essayer (samedi)", a poursuivi Tuchel, sous pression d'autant que les solutions de rechange, la recrue Leandro Paredes, Marquinhos ou Julian Draxler, ont tous joué 120 minutes contre Villefranche. Il reste aussi Dani Alves, mais le Brésilien, défenseur de formation, ne convainc pas comme sentinelle.

. Tuchel, dernière colère?

Dans le brouillard parisien, il y a aussi l'orage Tuchel. L'ancien coach de Dortmund a été expulsé contre Villefranche pour avoir trop protesté après une faute sur Paredes. Il avait déjà élevé la voix à Lyon après un tacle appuyé de Nabil Fekir sur l'Argentin... et une semaine plus tôt, contre Rennes (4-1), pour l'intervention de M'Baye Niang sur Thilo Kehrer.

Sous pression, l'Allemand? C'est la première fois depuis son arrivée cet été que le natif de Krumbach semble aussi nerveux. La période est cruciale pour lui aussi: une élimination contre Manchester et son bilan sera forcément moins bon que son prédécesseur Unai Emery, en raison de la Coupe de la Ligue égarée un soir de semaine de janvier contre Guingamp.

"On l'a vu énervé par rapport à l'arbitrage. Je ne pense pas que ce soit par rapport au match. C'est notre leader et il sait qu'il faut penser pas à pas", le défend Marquinhos. "Pas à pas", pour Paris, il est temps d'accélérer la cadence.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une