France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Paris-Nice: une blessure finalement "moins grave" pour Barguil

Mardi 12 mars 2019
Paris-Nice: une blessure finalement "moins grave" pour Barguil
Le Français Warren Barguil lors de sa chute dans la 2e étape de Paris-Nice, entre Les Bréviaires et Bellegarde, le 11 mars 2019 - Anne-Christine POUJOULAT (AFP)

Warren Barguil souffre d'une entorse cervicale après sa chute survenue lundi dans Paris-Nice, "un diagnostic rassurant et moins lourd" selon son équipe Arkea-Samsic à partir de l'examen pratiqué mardi à Paris.

Le Breton, meilleur grimpeur du Tour 2017, a réalisé un bilan complémentaire, mardi matin, à l'hôpital Kremlin-Bicêtre, qui est revenu sur le premier diagnostic.

"L’association d’une perte de connaissance initiale et les premières images du scanner qui évoquaient une fracture cervicale, nous ont amenés à réaliser un bilan complémentaire très poussé ce matin. Ce bilan est rassurant", a déclaré le Pr Charles Court, chef du service orthopédie à l'hôpital parisien.

"Warren Barguil souffre finalement d’une entorse cervicale, nécessitant une immobilisation par collier pendant 10 jours, avant de passer de nouvelles radios de contrôle", a annoncé le Pr Court.

"Une réunion du staff médical regroupant des spécialistes de la traumatologie du rachis a conclu à l’absence de fracture", a précisé pour sa part le Dr Jean-Jacques Menuet, médecin de l'équipe française. "La blessure de Warren reste sérieuse et nous prendrons toutes les précautions nécessaires pour un suivi attentif".

Le coureur breton, qui est âgé de 27 ans, a déclaré avoir eu "une grosse frayeur": "Mais aujourd’hui ça va. Les premiers bilans étaient vraiment alarmants. Je suis rassuré par le dernier diagnostic mais il y a aussi beaucoup de frustration".

"J’ai fait beaucoup de sacrifices pour revenir à mon meilleur niveau, je pensais que la chance avait tourné par rapport à l’année dernière, c’est une grosse déception. C’est dur à encaisser, mais ça aurait pu être beaucoup plus grave", a ajouté le Morbihannais dont l'équipe est en lice pour décrocher l'une des deux dernières cartes d'invitation au Tour de France.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une