France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

NBA: avec le duo Doncic-Porzingis, l'après-Nowitzki est déjà radieux à Dallas

Vendredi 01 novembre 2019
NBA: avec le duo Doncic-Porzingis, l'après-Nowitzki est déjà radieux à Dallas
Luka Doncic des Dallas Mavericks lors du match de NBA face aux Portland Trail Blazers, à Dallas, le 27 octobre 2019 - RONALD MARTINEZ (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives)

Ils sont deux des meilleurs Européens de la NBA, pétris de talent et parlant le même basket joyeux, efficace, décomplexé: Luka Doncic et Kristaps Porzingis incarnent le présent radieux des Dallas Mavericks, désormais orphelins de la légende Dirk Nowitizki tout juste retraité.

"Je ne vois pas meilleure arme à double impact sur les dix prochaines années". L'ancien All-Star Charles Barkley, consultant pour la chaîne TNT, n'y est pas allé par quatre chemins pour établir à quel niveau peut se hisser le tandem dans une Ligue qui renoue cette saison avec les duos de superstars.

Si LeBron James/Anthony Davis aux Lakers, Kawhi Leonard/Paul George aux Clippers ou encore James Harden/Russell Westbrook aux Rockets nourrissent légitimement des ambitions de titre avec autour d'eux des joueurs taillés pour l'aventure, cela semble encore prématuré pour le tandem des Mavs malgré un excellent début de saison.

Après quatre rencontres et avant de défier les Lakers vendredi soir, Dallas compte trois victoires, porté par les 25 et 22,3 points de moyenne de Doncic et Porzingis. Au-delà des chiffres, l'alchimie entre le Slovène et le Letton fonctionne si bien qu'elle semble quasi naturelle.

"Chacun peut créer à lui seul des problèmes à l'adversaire. Mais lorsqu'on les associe, ils créent des problèmes bien plus importants", avait anticipé leur entraîneur Rick Carlisle lors du Media Day, à quelques heures du début de saison.

- Fils spirituels -

Avoir à sa disposition deux joueurs aussi talentueux est une aubaine pour celui qui a vécu l'âge d'or des Mavericks du temps où Nowitzki régnait. En 21 ans, l'Allemand a placé Dallas sur la carte de la NBA, lui faisant même goûter au titre suprême en 2011. La ville texane le lui a d'ailleurs bien rendu en renommant cette semaine une de ses rues à son nom pour l'honorer.

A présent, son héritage est entre les mains agiles de Doncic et Porzingis, deux têtes blondes comme lui, âgées de 20 et 24 ans, qui se voient bien en fils spirituels de la légende, avec lequel ils partagent l'art du shoot à longue distance.

"Nous avons un énorme vide à combler, Luka et moi, quand on voit tout ce que Dirk a fait pour cette ville, pour ce club, où une culture s'est forgée avec lui pendant 20 ans. Nous ne devons cependant pas trop y penser, car ce ne sera pas facile à reproduire. Mais nous sommes excités. C’est une opportunité pour nous", a affirmé Porzingis, dont la grave blessure à un genou qui l'a éloigné 20 mois des parquets ne semble plus être qu'un mauvais souvenir.

- Un chemin encore long -

Pour Doncic, tout cela se résume à "simplement suivre les pas de Dirk", tout en s'accommodant de la pression qui escorte la difficulté de la tâche: "La pression, je la connais depuis l'âge de 16 ans. J'aime bien ça".

Le meilleur rookie de la saison passée, est considéré comme un précieux facilitateur de jeu par Rick Carlisle, qui loue notamment "sa capacité à voir les choses avant qu’elles ne se produisent". "Il rend le jeu beaucoup plus facile pour les autres. Les joueurs qui ont ce genre de talent - j'en ai déjà vu, j'ai joué avec Larry Bird pendant trois ans quand il était le meilleur joueur de la planète -, sont rares."

Se félicitant de la complémentarité de ses deux joueurs, le coach des Mavs estime que le chemin reste encore long avant de les voir ramener Dallas au sommet de la NBA.

"Les lumières sont sur eux. Ils sont considérés comme nos deux meilleurs joueurs, mais sont encore jeunes. Quand j'ai pris en charge l'équipe ici en 2008, Dirk en était à son 2e ou 3e contrat, Jason Kidd et Jason terry à leur 3e ou 4e. Ces gars ont traversé des guerres. Ils savaient la valeur des victoires car ils avaient connu des défaites difficiles. Luka et Kristaps ne sont pas encore passés par là", a-t-il prévenu, appelant à de la patience.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
5 commentaires
1 commentaire
1 commentaire