France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Mondial de rugby: "On sait qu'on ne les prendra pas à la légère", lance Iturria

Lundi 23 septembre 2019
Mondial de rugby: "On sait qu'on ne les prendra pas à la légère", lance Iturria
Le 2e ligne du XV de France Arthur Iturria répond aux questions de la presse à Fujiyoshida, le 18 septembre 2019 - FRANCK FIFE (AFP/Archives)

"On sait qu'on ne les prendra pas à la légère": le deuxième ligne Arthur Iturria a estimé lundi le XV de France à l'abri de tout relâchement contre les Etats-Unis (2 octobre) et les Tonga (6 octobre) après la victoire en ouverture de la Coupe du monde contre l'Argentine (23-21).

QUESTION: Vous avez eu des entretiens individuels ce matin. Personnellement, que vous a-t-il été dit?

REPONSE: "Avec Julien (Bonnaire, entraîneur de la touche), on a pas mal parlé de la touche, et notamment des deux (essais après des) mauls qu'on a pris et de notre façon de défendre. On va essayer de travailler sur notre précision. On +s'envoie+ mais un peu chacun de son côté. Par exemple sur le deuxième, moi je pousse d'un côté et mon collègue de l'autre. Donc pour les amener en touche ce n'est pas évident. Il va falloir qu'on s'attarde dessus, qu'on retravaille car on ne peut pas défendre comme ça."

Q: Vous n'avez pas encore eu de retour collectif?

R: "Je pense qu'on va l'avoir d'ici demain. Mais on sait tous à peu près où on a failli en deuxième mi-temps. On n'a pas respecté certaines choses qu'on a travaillées, car on travaille avec des scénarios sous pression. Pourtant on était relativement lucides. Comme sur les mauls, où on aurait pu mieux défendre. En 2e mi-temps on s'est trompé sur nos structures, on doit faire des choses plus simples, plus serrées en s'ouvrant moins aux Argentins. Car ils ont adoré ça. Et après c'est un cercle (vicieux)."

- "Une force un peu supérieure" -

Q: Quand l'Argentine repasse devant alors que vous meniez de 17 points à la mi-temps, vous dites-vous que les vieux démons reviennent?

R: "Oui, cela nous a rappelé des mauvais souvenirs, mais ceux qui étaient sur le terrain m'ont dit qu'ils avaient ressenti une force un peu supérieure à d'habitude, ça nous a permis de gagner ce match. Même si un drop est un exploit individuel, des choses l'ont amené, c'est important."

Q: Entre vous, vous n'évoquez pas encore les quarts de finale?

R: "On n'en a pas trop parlé. On est tous dans l'idée de prendre match après match, et d'essayer de les gagner. On a trois matches, on va essayer de les gagner les trois. Mais on a tous aussi dans un coin de la tête qu'en gagnant les deux prochains ce sera quasiment fait. Après, l'Argentine joue aussi contre l'Angleterre (une victoire des Argentins, le 5 octobre, relancerait totalement la poule)... et ça ce n'est pas nous qui jouons. Donc autant se concentrer sur nous-mêmes et se dire qu'on a trois matches à gagner pour être sûr d'être en quarts."

- "Une libération" -

Q: Cette victoire dans ce match sous tension a-t-elle libéré le groupe?

R: "Entre nous on ne ressentait pas trop la tension car on n'était pas forcément très attendus, mais à la fin du match on a senti une libération car on sait que c'était une épreuve importante dans le Mondial."

Q: Maxime Médard, le seul présent lors de la défaite face aux Tonga à la Coupe du monde 2011, vous parle-t-il de ce match pour vous inciter à la méfiance ?

"Non, non (sourires). Personne n'en parle. Je pense qu'on n'aura pas de discours par rapport à ça. On essaie d'être assez positif d'une manière générale. On va essayer de prendre match après match."

Q: Personne n'en parle car tout le monde sait que le XV de France n'est pas à l'abri ?

R: "Bien sûr qu'on peut perdre, c'est un match de rugby. Mais on ne s'est même pas dit qu'il ne fallait pas les prendre à la légère car on sait qu'on ne les prendra pas à la légère."

Propos recueillis lors d'un point presse

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une