France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Ligue 1: Nantes regagne et s'éloigne de la zone rouge

Mercredi 13 février 2019
Ligue 1: Nantes regagne et s'éloigne de la zone rouge
Le milieu de Nantes Valentin Rongier buteur sur penalty à Caen le 13 février 2019 - CHARLY TRIBALLEAU (AFP)

Nantes a réussi à s'imposer à Caen 1-0 malgré avoir été réduit à dix pendant une heure mercredi, en match en retard de la 23e journée, une victoire importante dans sa quête de maintien.

Avec ce premier succès en six matches de championnat, les Canaris totalisent 27 points. Ils dépassent Toulouse à la différence de buts et remontent au 14e rang.

Caen, qui n'a pas marqué un seul point en 2019, reste enlisé au 19e rang, avec 18 unités.

La crise couve en Normandie et le public de d'Ornano a grondé plus d'une fois.

Le nom de l'entraîneur Fabien Mercadal, prononcé par le speaker pour la présentation des équipes, a été sifflé et, au cours du match, des banderoles "Sergent (président du club), fais-nous enfin rêver, démissionne" ou "Faites jouer les U19" ont été déployées.

Avant le match et dans les premières minutes, un nouvel hommage avait été rendu à Emiliano Sala, l'Argentin ayant passé 6 mois en prêt à Caen en 2015.

Mais Nantes a été sans pitié, contrairement à dimanche face à Nîmes, où les Canaris avaient inexplicablement craqué en seconde période, encaissant 4 buts après avoir mené 2-0.

Organisé en 3-5-2, ils ont imposé leur pressing et leur impact physique sur des Normands qui n'arrivaient pas à aligner les passes.

L'expulsion du milieu Andrei Girotto, pour deux cartons jaunes tout à fait mérités, à la 35e minute, avait certes freiné un peu leurs ardeurs, mais Valentin Rongier, sur un pénalty obtenu par Majeed Waris, a assuré l'essentiel à dix minutes de la fin (0-1, 80e).

Les Caennais, eux, ne se sont guère montrés dangereux. Les tentatives lointaines d'Ismaël Diomandé (48e), Prince Oniangue (50e) ou Fayçal Fajr (65e) ont davantage sonné des aveux d'impuissance qu'autre chose.

La réception de Strasbourg, qui reste sur deux défaites consécutives, dimanche, aura des airs de match de la dernière chance pour Mercadal, s'il est encore en poste.

Nantes, qui se rendra à Monaco, pourrait à l'inverse se donner encore plus d'air en cas de bon résultat.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une