France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L1: Marseille grimpe sur Lille pour toucher le podium

Samedi 02 novembre 2019
L1: Marseille grimpe sur Lille pour toucher le podium
Le milieu de l'OM Morgan Sanson (d) ouvre la marque contre Lille le 2 novembre 2019 à Marseille - Christophe SIMON (AFP)

L'Olympique de Marseille respire mieux grâce à sa victoire contre Lille (2-1) après deux défaites de rang, samedi, et grimpe à la 3e place en attendant les autres résultats la 12e journée de Ligue 1.

Ce n'est pas encore l'altitude, l'OM profite d'un classement très compact et des malheurs de Gabriel, le défenseur lillois, fautif sur ses deux buts, celui de Morgan Sanson (48) et le second, qu'il a marqué contre son camp (80).

Mais c'est déjà l'attitude. André Villas-Boas, leur entraîneur, a vu un brin du "caractère" qu'il avait demandé à ses joueurs.

Leur match n'a pas été fantastique, mais ils ont mis suffisamment d'envie pour renverser Lille, qui en a mis trop tard, avec la réduction du score par Adama Soumaoro (83).

Juste avant le tiers du championnat, et la réception bouillante du Lyon de Rudi Garcia, le 10 novembre, l'OM est dans les clous.

Le Losc en revanche rentre encore bredouille, quatre défaites et deux nuls à l'extérieur en L1, mauvais signe avant d'aller jouer mardi sa dernière carte européenne à Valence, qui dans le même temps a gagné à l'Espanyol Barcelone (2-1).

- Sanson a tenu promesse -

André Villas-Boas voulait voir du caractère? Il a vu celui de Morgan Sanson, auteur de son premier but de la saison.

Le milieu de terrain a tenu promesse, il avait admis la veille en conférence de presse que ses statistiques n'étaient pas bonnes.

Sanson a bénéficié d'une erreur lilloise pour ouvrir le score, mais l'OM ne boude pas un peu de réussite en ces temps difficiles, six jours après le douloureux 4-0 encaissé à Paris.

Sur un coup franc de Dimitri Payet, Gabriel a percuté Mike Maignan, le gardien en a perdu le contrôle du ballon, et Boubacar Kamara en a profité pour le glisser à Sanson.

André Villas-Boas l'avait maintenu dans le onze, malgré plusieurs prestations mièvres, notamment à Monaco mercredi, où l'OM a été éliminé dès son entrée en Coupe de la Ligue (2-1).

En revanche Kevin Strootman était sur le banc, remplacé dans son rôle de sentinelle par Boubacar Kamara. Pas très à l'aise à son poste de défenseur central depuis le début de la saison, le "Minot" s'est offert une passe décisive dans cet emploi où Rudi Garcia lui voyait un avenir, et quelques beaux gestes défensifs, son cœur de métier.

Le technicien portugais, en quête de solutions, a bougé d'autres figures de son échiquier.

- Retour d'Alvaro -

"AVB" a surtout retrouvé sa tour de défense, Alvaro Gonzalez, de retour de six semaines de blessure. Son autorité et son engagement ont fait du bien aux Marseillais.

Pourtant l'OM a peiné en première période, pas "honteuse" comme celle de Monaco, selon le mot de Villas-Boas, mais douteuse.

Le pressing lillois a beaucoup gêné les Marseillais, pas assez sûrs techniquement pour ressortir le ballon, et quelques fois en danger sur des relances interceptées, comme celle d'Alvaro (24).

Villas-Boas nerveux sur son banc, s'agitait beaucoup pour reprendre ses joueurs sur les consignes.

A Lille, Christophe Galtier a fait commencer sur le banc son meilleur buteur, Victor Osimhen, relayé par un ancien de la maison, Loïc Rémy. Le Nigérian a repris sa place pour les 25 dernières minutes, mais n'a eu qu'une occasion (90+1).

Le match était alors débridé, il s'était décoincé après le but de Sanson.

Le Brésilien Gabriel a remis ça à son corps défendant en trompant son propre gardien sur une double occasion marseillaise, une frappe de Valentin Rongier, excellent samedi, puis une tête de Payet.

Les Dogues ont épicé la fin du match en réduisant le score d'une tête imparable de Soumaoro dans la lucarne, sur un corner. Une échauffourée dans la cage de Steve Mandanda a suivi ce but, quand Osimhen, averti pour cela (83), a voulu arracher le ballon des mains du gardien.

Mais le stade Vélodrome a adoré voir ses joueurs foncer défendre leur capitaine. L'envie, le caractère...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
4 commentaires
1 commentaire