France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Espagne: Real-Atlético, deux "invités" en finale d'une Supercoupe pionnière

Dimanche 12 janvier 2020
Espagne: Real-Atlético, deux "invités" en finale d'une Supercoupe pionnière
Les entraîneurs du Real Madrid et de l'Atlético de Madrid, Zinédine Zidane (g) et Diego Simeone, posent avec les maillots de leur équipe, à Djeddah, le 11 janvier 2020 - Giuseppe CACACE (AFP/Archives)

Les invités visent le trophée: conviés à participer à une Supercoupe d'Espagne remaniée, le Real Madrid et l'Atlético Madrid s'affrontent dimanche (18h00 GMT/19h00 françaises) à Jeddah (Arabie Saoudite) en finale d'une édition controversée, dont l'issue pourrait peser sur la suite de la saison.

Contrairement à la coutume, ni le vainqueur du dernier championnat d'Espagne, ni le vainqueur de la dernière Coupe du Roi ne sont présents en finale de la Supercoupe: le nouveau format de ce trophée, sur le mode d'une "finale à quatre", a été fatal au Barça (éliminé 3-2 par l'Atlético) et à Valence (3-1 par le Real), absents de la finale dimanche au stade Roi-Abdallah (62.000 places).

Première Supercoupe à quatre, programmation inhabituelle en janvier, première en Arabie Saoudite, critiques autour du respect des droits humains... Beaucoup d'aspects ont fait débat pour cette nouvelle formule chambardée, qui pourrait donner le ton de la fin de saison, voire de l'avenir de cette compétition pour laquelle le pays du golfe a versé 120 millions d'euros sur trois ans, selon la presse espagnole.

- Real-Atlético, revanche décisive -

D'où un derby "délocalisé" entre les deux rivaux madrilènes en finale, revanche de la Supercoupe 2014, où le Real avait été battu (1-1, 1-0) par l'Atlético, et surtout des deux finales de Ligue des champions remportées ces dernières années par la "Maison blanche" face à son voisin "rojiblanco" (2014, 2016).

Après une entame de saison mitigée et un manque criant de buts, l'Atlético respire à nouveau depuis le mois de décembre: les Colchoneros ont marqué onze fois sur leurs cinq derniers matches, et surtout ont retrouvé leur "grinta", l'ADN de l'équipe, après leur victoire au forceps en demi-finale contre le Barça.

Cet invraisemblable retournement de situation a fait "surgir quelque chose que l'Atlético aura toujours: du coeur, de l'envie, de la volonté", a résumé l'entraîneur Diego Simeone.

"Hier (vendredi) il y en avait cinq qui revisionnaient le match, et ça, ça me donne beaucoup de force et d'espoir. Mon énergie, ce sont mes footballeurs. Quand je vois que mes joueurs sont bien, je n'ai peur de rien", a-t-il prévenu samedi.

L'Atlético se présentera toutefois sans son capitaine Koke, buteur jeudi mais diminué par une gêne musculaire.

Si les effets positifs de cette Supercoupe se font déjà sentir chez les "Colchoneros", un sacre en finale les relancerait en vue de la deuxième partie de championnat et des huitièmes de finale la Ligue des champions, où les attend le champion en titre, Liverpool (18 février et 11 mars).

- Le Real est prêt, "séisme au Barça" -

Mais gare au Real de Zinédine Zidane, peut-être l'équipe la plus impressionnante en Espagne ces derniers temps. Même sans Karim Benzema et Gareth Bale, préservés, l'équipe merengue semble en mode rouleau-compresseur, prête à remporter un premier trophée cette saison.

"On est venu pour cela, on s'est préparé pour cela. C'est la loi de ce club: c'est un grand club, les joueurs vivent pour jouer ce genre de matches. C'est un match important, il y a un trophée en jeu", a rappelé Zidane, samedi, en quête de son dixième titre sur le banc du Real, son premier depuis son retour en sauveur sur le banc en mars 2019.

Si la Supercoupe semble avoir galvanisé les clubs madrilènes, elle a aussi provoqué un "séisme" au Barça, comme a titré le quotidien catalan Sport samedi.

L'élimination a grandement fragilisé l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde et le poste aurait été proposé à Xavi, l'ancienne légende barcelonaise (1998-2015) aujourd'hui entraîneur du club qatari d'Al Sadd, selon plusieurs médias espagnols spécialisés.

"Offensive pour Xavi", a écrit le journal Mundo Deportivo, estimant que Valverde n'avait "plus de crédit". Preuve de l'impact de cette Supercoupe pourtant expérimentale.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une