France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Dopage: l'Egypte privée des Mondiaux d'haltérophilie

Mercredi 18 septembre 2019
Dopage: l'Egypte privée des Mondiaux d'haltérophilie
Séance d'entraînement d'hatérophiles de l'équipe de Thaïlande, le 18 juillet 2019 à Chiang Mai - Lillian SUWANRUMPHA (AFP/Archives)

L'Egypte a été suspendue par la Fédération internationale d'haltérophilie pour des cas de dopage et ne participera pas aux Championnats du monde qui ont débuté mercredi en Thaïlande, a indiqué la Fédération internationale (IWF).

La Fédération égyptienne a été suspendue pour deux ans, à compter du 12 septembre et "dispose de 21 jours pour faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS)", a précisé l'IWF dans un communiqué transmis à l'AFP.

La décision de suspendre l'Egypte a été prise par un panel indépendant, a ajouté l'IWF qui "ne fera pas plus de commentaire", pour le moment.

Cette suspension fait suite à une série de sept contrôles antidopage positifs chez des jeunes haltérophiles en 2016.

Chaque fédération comptant au moins trois contrôles positifs sur une période d'un an encourt une suspension, de deux ans en l'occurrence.

Aucun Egyptien ne participera donc aux Mondiaux qui se déroulent à Pattaya (Thaïlande) du 18 au 27 septembre.

L'Egypte pourrait en théorie être également écartée des Jeux olympiques de Tokyo-2020 si le TAS confirme sa suspension.

Ce serait un coup très dur pour un pays auquel l'haltérophilie a rapporté 11 médailles, dont 5 en or, sur un total de 31 médailles décrochées au cours de ses 22 participations aux Jeux olympiques.

L'Egypte avait obtenu deux médailles de bronze aux JO de Rio-2016, grâce à Mohamed Ehab Mahmoud (-77 kg), également champion du monde, et à Sarah Ahmed chez les dames (-69 kg). Tous deux sont encore des chances de médailles l'été prochain à Tokyo.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
Une

Xavier Harry récompensé à New York

FXG à Paris - Lundi 21 Octobre 2019