France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Dopage: l'AMA délocalise de Paris à Lausanne sa réunion sur la Russie

Mardi 03 décembre 2019
Dopage: l'AMA délocalise de Paris à Lausanne sa réunion sur la Russie
L'Agence mondiale antidopage (AMA) délocalise de Paris à Lausanne la réunion le 9 décembre de son comité exécutif sur la Russie, en raison de la grève prévue en France - Marc BRAIBANT (AFP/Archives)

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a décidé de délocaliser de Paris à Lausanne (Suisse) la réunion le 9 décembre de son comité exécutif sur la Russie, en raison de la grève prévue en France, a annoncé lundi un porte-parole.

"Nous avons dû déplacer la réunion à cause des grèves et des très nombreuses perturbations potentielles, qui rendaient la logistique difficile. Nous avons donc dû délocaliser à Lausanne", a dit à l'AFP James Fitzgerald, porte-parole de l'AMA.

Plusieurs syndicats français ont appelé à une grève reconductible à partir de jeudi contre la réforme controversée des retraites défendue par le président Emmanuel Macron et qui risque d'être très suivie et de paralyser le pays, notamment les transports publics.

L'AMA a évoqué de son côté une "grève générale imminente à Paris".

Si le comité exécutif de l'AMA confirme lors de la réunion à Lausanne la longue liste des mesures qui lui sont recommandées par son comité de révision de la conformité (CRC), la Russie serait purement et simplement mise au ban du sport international, avec exclusion des compétitions dont les JO de Tokyo-2020 puis les JO d'hiver de Pékin-2022.

Selon le comité de révision de la conformité (CRC), la Russie aurait fait disparaître des "centaines" de résultats de contrôles antidopage suspects de ses fichiers transmis à l'AMA au début de l'année. Or, la remise de ces données était une condition indispensable pour lever de précédentes sanctions contre l'agence antidopage russe (Rusada), au coeur d'un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015.

La Russie avait déjà été exclue des JO de Rio-2016 et de Pyeongchang-2018 en raison de ce vaste système institutionnel de dopage mis en oeuvre aux JO de Sotchi-2014.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une