France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

C1: Lyon et Lille chez les grands d'Europe, Liverpool rêve d'un doublé

Mardi 17 septembre 2019
C1: Lyon et Lille chez les grands d'Europe, Liverpool rêve d'un doublé
Jonathan Ikoné (g), attaquant de Lille, face au défenseur nantais Charles Traoré, le 11 août 2019 à Villeneuve-d'Ascq - PHILIPPE HUGUEN (AFP/Archives)

Lyon et surtout Lille, de retour en Ligue des champions après sept ans d'absence, entrent dans l'arène mardi pour leurs premières joutes en phase de groupes, une rentrée des classes également attendue du côté de Liverpool, ambitieux tenant du titre.

L'émotion sera forcément au rendez-vous pour les Lillois au moment où retentira l'hymne classique de la C1, de surcroît dans l'enceinte du mythique Ajax, mardi (21h00) à Amsterdam.

Il faudra pourtant faire fi de la pression des soirs d'Europe pour espérer faire bonne figure face aux Néerlandais, tombeurs magnifiques du grand Real Madrid et de la Juventus de Cristiano Ronaldo la saison dernière.

"Nous allons à l'Ajax pour gagner. C'est une équipe très difficile à jouer mais je pense qu'on a les qualités pour l'emporter", avance pourtant l'avant-centre nigérian Victor Osimhen (20 ans), symbole d'une jeunesse lilloise insouciante au côté de Jonathan Ikoné, d'un an son aîné.

Le LOSC de Christophe Galtier a peu d'expérience mais beaucoup d'envie et, sur le continent européen, cette dernière suffit parfois à renverser des montagnes, comme l'Ajax l'a montré récemment.

"On est aussi une équipe très jeune, avec de la qualité technique, de la percussion et on s'exprimera comme on s'exprime depuis 14-15 mois, avec cette envie de se projeter vers l'avant", promet l'entraîneur.

Sur le sol national, les Nordistes présentent un bilan en dents de scie depuis le début de saison, mais ils ont su remporter leur dernière rencontre d'avant-C1, contre Angers (2-1) vendredi.

- Retrouvailles à San Paolo -

Lyon ne peut pas en dire autant. Avant de recevoir le Zenit Saint-Pétersbourg, en début de soirée (18h55), l'OL a enchaîné trois matches sans victoire (deux résultats nuls, une défaite), une série peu valorisante pour le nouvel entraîneur Sylvinho.

Il faudra "livrer une performance égale pendant 90 minutes" face au club russe, car "c'est ce qui a manqué" en championnat, avance le Brésilien de 45 ans, soucieux de ne pas mettre "trop de pression sur l'équipe".

L'ancien joueur du Barça et d'Arsenal veut cependant voir son équipe afficher davantage de "caractère". C'est justement ce ressort qui a permis l'an passé à l'OL de bousculer Manchester City en phase de groupes (victoire 2-1 en Angleterre, 2-2 au retour), avant d'arracher la qualification en 8e de finale sur le dernier match, en Ukraine contre le Shakhtar Donetsk.

Pour la reprise de la C1, Lyon bénéficie d'un petit coup de pouce: le Brésilien Malcom, transféré du Barça cet été contre 40 millions d'euros, ne sera pas du voyage en France, touché à la hanche.

Liverpool, le tenant du titre, n'a lui aucun souci d'infirmerie avant d'entamer sa campagne européenne, mardi (21h00) dans le volcanique San Paolo du Napoli. Et les Reds de Jürgen Klopp débarquent en Italie avec un moral gonflé à bloc, boostés par leur début de championnat parfait.

Le souvenir du revers (1-0) de l'an passé dans ce même stade, également en phase de groupes, devrait pourtant les mettre en garde.

"Je pense que ça sera un match du même niveau que l'an dernier, avec beaucoup d'intensité et, espérons-le, avec le même résultat", sourit l'entraîneur de Naples Carlo Ancelotti, évoquant "un test difficile mais très excitant" face aux partenaires de Mohamed Salah et Sadio Mané.

Les Anglais rêvent de retourner à Istanbul, hôte de la finale 2020 et théâtre de leur victoire cet été en Supercoupe d'Europe, mais le chemin pour y parvenir sera très long. Et la concurrence, surmotivée.

Ce sera probablement le cas du FC Barcelone, sevré de titre en C1 depuis 2015, une éternité en Catalogne. L'équipe d'Antoine Griezmann et Lionel Messi, remis d'une blessure à un mollet, se rend à Dortmund mardi (21h00) pour affronter le Borussia.

"Il vont nous mener la vie dure demain, c'est clair, mais ce sera une bonne façon de voir où nous en sommes", a résumé lundi l'entraîneur espagnol Ernesto Valverde.

Au même moment, Chelsea recevra Valence à Stamford Bridge. Les "Blues", vainqueurs de la dernière Ligue Europa, n'ont plus dépassé les 8e de finale de Ligue des champions depuis l'exercice 2013/14, terminé en demi-finale.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire