France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Bleus: entraîneurs et sélectionneurs, des intérêts parfois en conflit

Lundi 07 octobre 2019
Bleus: entraîneurs et sélectionneurs, des intérêts parfois en conflit
Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, en conférence de presse à Paris, le 3 octobre 2019 - Bertrand GUAY (AFP/Archives)

Lucas Hernandez déclaré inapte par le Bayern mais attendu à Clairefontaine, Kylian Mbappé toujours gêné mais laissé entre les mains des Bleus: Didier Deschamps doit composer avec les intérêts de clubs parfois tentés par l'ingérence, quand d'autres sont plus accomodants.

L'entraîneur munichois Niko Kovac et le sélectionneur des Bleus se sont livrés à une petite joute à distance jeudi, jour de l'annonce de la liste pour les qualifications à l'Euro-2020 en Islande et en Turquie.

"Je pars du principe qu'il n'ira pas avec son équipe nationale", a déclaré le premier avant la réception de Hoffenheim, finalement séchée par Hernandez en raison d'un genou douloureux. "Aujourd'hui si je le prends ce n'est pas pour embêter Kovac ni le Bayern", a répondu le second.

Et Deschamps de dévoiler une anecdote: "En septembre, il souhaitait que je le (Hernandez) convoque pour que je le mette dans le rythme et qu'il soit bien avec le Bayern! Si j'écoute les entraîneurs de club..."

Celui qu'il "écoute" avec le plus d'attention, en revanche, c'est le médecin des Bleus, Franck Le Gall. Du côté de la Fédération française, on procède ainsi: le docteur en chef contacte son homologue en club en cas de blessure, puis il livre son avis au sélectionneur qui tranche en dernier ressort, après avoir pris la température auprès du joueur concerné.

- L'appel de Lampard -

Il y a parfois des frictions entre "les intérêts d'un entraîneur en club et les miens", mais "j'ai deux matches qui sont très importants et j'ai besoin de tous mes joueurs aussi", a glissé jeudi Deschamps. Ajoutant non sans malice: de toute façon, Hernandez a "envie de venir".

L'ancien coach de Monaco, de la Juve et de Marseille communique plus ou moins avec les entraîneurs de club, selon les affinités et les habitudes de chacun.

En septembre, il a ainsi pris la décision de ne pas convoquer N'Golo Kanté après avoir échangé avec l'entraîneur de Chelsea, Frank Lampard, au téléphone. "Si c'est toujours dans ce sens je pense qu'ils vont m'adorer", en a rigolé Deschamps, s'amusant du coup de fil qu'il pourrait passer en retour au coach des Blues: "Ce serait bien que tu fasses jouer Olivier Giroud un petit peu!".

En octobre, il a pris la décision inverse avec Kylian Mbappé, encore forfait samedi avec le Paris SG, mais appelé pour le déplacement en Islande et la réception de la Turquie. Et visiblement, Deschamps n'a pas l'habitude d'échanger avec l'entraîneur parisien.

Parlez-vous avec "DD" de ces choses-là?, a-t-on demandé vendredi à Thomas Tuchel.

"Non".

Mais vous parlez avec lui?

"Pas trop, non", a rigolé le technicien allemand.

- La pression de Munich -

Si le PSG n'est pas un adepte de l'ingérence envers les sélections, c'est en revanche une tradition au Bayern Munich.

Ses patrons Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge, qui jouent souvent la surenchère lorsqu'il s'agit de protéger leurs joueurs ou leurs intérêts, pestent régulièrement contre le calendrier international et l'obligation de libérer leurs stars, qu'ils rémunèrent grassement.

Hoeness a parfois comparé la situation du Bayern à celle d'un "employeur qui laisse ses meilleurs éléments à la disposition d'une autre société" et qui les récupère malades ou blessés en raison d'un accident du travail.

Paradoxalement, s'ils considèrent que leurs internationaux sont "maltraités", les dirigeants bavarois montent aussi au créneau.

Lorsque Manuel Neuer a semblé être menacé dans son statut de gardien numéro un de la Mannschaft, Hoeness, dans un coup de colère, a menacé de ne plus mettre ses internationaux à disposition. Le bouillant président s'est ensuite rétracté.

"Je ne me laisse pas influencer par ce genre de choses", avait tranquillement répondu le sélectionneur Joachim Löw, grand ami de Deschamps et habitué, comme son homologue, à faire la part des choses lorsqu'il s'agit du club bavarois.

jta-ama-ah-cpb/fbr/ole

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une