France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Violence, logement et hygiène détestables : la prison de Rémire-Montjoly (encore) sous le feu des critiques

Samir Mathieu Vendredi 01 février 2019
Violence, logement et hygiène détestables : la prison de Rémire-Montjoly (encore) sous le feu des critiques
Ici, l'exemple d'une cellule surpeuplée, sale et qui n'offre pas la moindre intimité pour les détenus. - hespels

Un nouveau rapport accablant vient d’être publié par la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazam. Elle y décrit, photos à l’appui, l’enfer que vivent les détenus dans la seule prison de Guyane.

Le rapport a été publié hier matin au Journal Officiel. Ce document dresse un inventaire de tout ce qui ne va pas au centre pénitentiaire de Guyane. Cela fait suite aux visites effectuées du 1er au 12 octobre dernier. Elles font apparaître « un nombre important d’atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes incarcérées ». Le rapport dénonce la surpopulation, mais surtout il met en exergue les conditions d’hébergement « indignes et l’hygiène désastreuse » qui règnent dans le centre. Extraits.

Une urgence

« Les cellules, insalubres, sont dans un état de saleté inquiétant, les sanitaires sont altérés par les moisissures et n’offrent aucune intimité. […] Les hommes détenus se lavent dans les douches des cours de promenade qui sont dans un état déplorable et exposées à la vue de tous. […] Malgré les températures élevées, les personnes détenues ne peuvent ni acquérir ni louer de réfrigérateurs alors que paradoxalement, des produits frais sont vendus en cantine. Les rats, cafards et autres insectes évoluent dans les cellules et les cours de promenade, attirés par les aliments en décomposition. La rénovation du centre pénitentiaire de Guyane est une urgence, notamment en ce qui concerne les locaux d’hébergement et les cours de promenade. Des mesures de désinsectisation, de dératisation et d’éloignement des hirondelles doivent être mises en œuvre immédiatement », exige enfin le rapport.

Demain, nous évoquerons la réponse de la ministre et Adeline Hazam, l’auteur de ce rapport répondra à nos questions.

Samir MATHIEU

Les douches sont à l'extérieur, sur le lieu de promenade, sont sales et à la vue de tous -
 

Ici, l’exemple d’une cellule surpeuplée,

sale et qui n’offre pas la moindre

intimité pour les détenus.

 

Les douches sont à l’extérieur, sur le lieu de promenade

à la vue de tous / photos CGLPL

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

josy 04.02.2019
Hôtel?

Qui demande aux prisonniers d être la? Mdr!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
3 commentaires
A la une
Une

Xavier Harry récompensé à New York

FXG à Paris - Lundi 21 Octobre 2019

1 commentaire