• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INCENDIE DE LA PRÉFECTURE

Peines de prison confirmées en appel pour les quatre manifestants

S.R. (s.reffe@agmedias.fr) Jeudi 25 Novembre 2021 - 09h56
Peines de prison confirmées en appel pour les quatre manifestants
Alexander Marchener, Richard Cimonard, Stéphane Palmot et Gilles Beaudi restent incarcérés au Centre pénitentiaire de Remire-Montjoly. - D.R.

 La cour d'appel de Cayenne confirme ce jeudi 25 novembre le jugement sur l'action publique et civile des quatre manifestants condamnés à des peines de prison ferme après l'incendie d'une façade de la préfecture le 20 juillet 2020.

 Dans une composition différente que celle qui a siégé lors de l’audience du 15 novembre, la cour d’appel de Cayenne a rendu sa décision dans l’affaire des quatre manifestants condamnés pour « dégradation ou détérioration du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes » suite à l’incendie de la préfecture le 20 juillet 2020.

Statuant publiquement, la cour a jugé irrecevable les demandes de récusation et les exceptions de procédure relatives aux différentes vidéos qui ont conduit à l’identification de Richard Cimonard, Alexander Marchener, Stéphane Palmot et Gilles Beaudi.

La cour confirme le jugement sur l’action publique, donc l’ensemble des peines prononcées à l’encontre des quatre manifestants le 14 octobre au tribunal judiciaire du Larivot, en première instance, à l’issue d’un procès en correctionnelle qui a duré près de 6 heures.

La requalification en « complicité » de l’infraction reprochée à Gilles Beaudi a toutefois été écartée par la cour d’appel. En conséquent le chef de suivi de section à l’UTG est déclaré coupable de « dégradation ou détérioration » de l’hôtel préfectoral et voit sa peine s’aligner sur celle des autres prévenus : 18 mois d’emprisonnement ferme.

De plus, la cour d’appel prononce à l’encontre des quatre condamnés la peine complémentaire d’interdiction d’exercer une fonction publique pour une durée de 5 ans, l’interdiction de participer à des manifestations sur la voie publique à Cayenne et Matoury pendant 3 ans ainsi que l’interdiction de détenir ou de porter une arme pour une durée de cinq ans, une peine automatique dans le cadre de l’infraction reconnue.

Me Louze Donzenac et Me Leblanc du barreau de Cayenne, en charge de la défense des quatre manifestants en première instance et en appel, ont annoncé un pourvoi en cassation. 

Au cours de l'audience en appel le 15 novembre, la défense des quatre prévenus avait été "renforcée" par deux avocats du barreau de Guadeloupe, Me Aristide et Me Chevry, ainsi que par la présence du très médiatique Me Juan Branco, avocat au barreau de Paris. La régularité de la procédure avait été remise en cause avec véhémence par les avocats de la défense au cours du second chapitre de cette affaire, suivie de près par les collectifs mobilisés le 20 juillet 2020.

A LIRE AUSSI : Peines de prison ferme pour les incendiaires de la Préfecture, ambiance brûlante au Larivot
A LIRE AUSSI : Procès en appel des quatre manifestants : la décision sera rendue le 25 novembre


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

Harold 26.11.2021

Un pseudo ténor parisien, des avocats de la Guyane et des Antilles n’ont pas réussi à leur sauver la mise !
Et un bon rappel de l’indépendance de la justice au président de la CTM.
Après, l’aggravation était elle nécessaire ?

Répondre Signaler au modérateur
dny973 26.11.2021

C'est profondément injuste. Que les peines soient confirmées, c'était à prévoir mais alourdient ???? que cherche t on ? les émeutes ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 26.11.2021

#c...commeunahouahouahoumelimelo

Répondre Signaler au modérateur
Josse 26.11.2021
Merci aux juges

Merci aux juges d’avoir rendu justice,
Merci d’avoir rappeler que la justice est indépendante, malgré les courriers envoyés à Matignon,
Merci de ne pas avoir céder sous la pression des 14 ploucs présents devant la cour d’appel.
Merci d’avoir fait passer le message que la Guyane n’est pas représentée par ces kolectifs/syndicats, qu’ils ne sont pas intouchables et qu’ils doivent rendre des comptes.

Quand aux daltons qui dorment au centre de loisirs de Remire… ils vont avoir l’occasion d’agrandir leurs cercles intimes ;)

Répondre Signaler au modérateur
Adopteunboulet 25.11.2021

Tout le monde pointe du doigt Branco , a moins d'être amnésique il me semble qu'il avait des " Ténors" du 973 et d'ailleurs non ?

Répondre Signaler au modérateur
bozo 25.11.2021
merci branco !

Pour ceux qui sont allé chercher un essayiste avocat sans expérience, le message est clair.

Répondre Signaler au modérateur
zene973 25.11.2021

En même temps aller chercher un avocat métropolitain à la réputation sulfureuse (mis en examen pour viol)et des avocats antillais pour défendre des militants Guyanais en Guyane??? Ces mis en cause, qui revendiquent plus d'autonomie, font maintenant appel à la solidarité entre Guyanais. Peut être auraient ils mieux fait de tout simplement faire confiance aux avocats Guyanais.....

Répondre Signaler au modérateur
cap40 25.11.2021
Caravanes and co...

Les caravanes and co vont-elles bloquer Cayenne? et suivre Gwada at Martinique dans leur délires de victimisation?

Répondre Signaler au modérateur
lestranger 25.11.2021

Difficile de faire autrement avec le contexte insurrectionnel aux Antilles.
Toute diminution de peine aurait été perçue comme un signal de faiblesse et un risque d’augmentation de la contestation.
Maintenant il s'agit de voir la réaction car cela peut aussi être la goutte de trop ...

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 25.11.2021
AGORA en mieux

J'avais bien fait de ramener des popcorn...

C'était vraiment bien!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
8 commentaires
3 commentaires
6 commentaires
A la une
1 commentaire