France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Me Ursulet repart libre de sa garde à vue

FXG Jeudi 25 Juin 2020 - 11h18
Me Ursulet repart libre de sa garde à vue

Maître Alex Ursulet est sorti libre hier soir du palais de justice de Paris avec le statut de témoin assisté.

La veille, mardi, Me Ursulet, accompagné de son conseil Christian Charrière-Bournazel, s’était rendu à une convocation devant la 3e DPJ dans le cadre d’une plainte pour viol et harcèlement sexuel le visant depuis septembre dernier.

Aussitôt placé en garde à vue, le ténor martiniquais a été auditionné toute la journée par le commissaire et un commandant de police.

Dès 7 h 30 hier, après une nuit sur place, Alex Ursulet a été confronté durant près de quatre heures à son accusatrice.

Cette ancienne et éphémère stagiaire du cabinet Ursulet, Constance Machicote, désormais avocate, était accompagnée de son conseil, Me Thibaud Lafourcade. Sa cliente est elle aussi visée par deux plaintes déposées par Me Ursulet, l’une pour dénonciation calomnieuse, l’autre pour escroquerie au jugement. Il n’a pour autant pas été question, durant ces vingt-quatre heures de garde à vue, de ces plaintes même si elles sont aussi à l’instruction.

Mercredi, vers 17 heures, Alex Ursulet, accompagné de Me Charrière et Me Burguburu, a été présenté à une juge d’instruction, le parquet ayant requis sa mise en examen.

Après une heure de délibéré, la juge a placé Me Ursulet sous le statut de témoin assisté, ce qui veut dire qu'elle n'a trouvé ni indice grave ni indice concordant au terme de cette enquête de police pour le mettre en examen. Après neuf mois d’enquête, 24 heures de garde à vue et quatre heures de confrontation, le dossier du parquet fait pschitt ! C’est une baffe pour le conseil de l’ordre des avocats de Paris qui sur ces accusations n'avait pas hésité à le radier (sans effet pour cause d'appel) en décembre dernier.

A la sortie du tribunal, l’avocat martiniquais a déclaré : « Ca montre bien que le conseil de l’ordre aurait dû attendre les résultats de ces investigations judiciaires avant de se décider. » L’affaire, dans laquelle Me Ursulet n’est qu’un témoin assisté de ses avocats, se poursuit.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
8 commentaires
2 commentaires
A la une
3 commentaires
3 commentaires
5 commentaires