France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

La justice indemnise deux prisonniers de la maison d'arrêt de Rémire-Montjoly

Jeudi 18 Avril 2019 - 10h47
La justice indemnise deux prisonniers de la maison d'arrêt de Rémire-Montjoly
L'entrée de la maison d'arrêt de Rémire-Montjoly - Archives FA Guyane

Le Tribunal administratif de la Guyane indemnise deux anciens détenus du centre pénitentiaire de Guyane en raison de conditions de détention portant atteinte à la dignité humaine.

Par trois décisions rendues le 11 avril 2019, le Tribunal a condamné l’Etat à verser les sommes de 5 500 euros et 3 000 euros à deux anciens détenus, et a rejeté la requête du troisième.
En vertu de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et du code de procédure pénale, l’administration pénitentiaire doit garantir des conditions satisfaisantes d’hygiène et de salubrité dans les locaux de détention.
En raison de la situation d’entière dépendance des personnes détenues vis-à-vis de l’administration pénitentiaire, l’appréciation du caractère attentatoire à la dignité des conditions de détention dépend notamment de la nature et de la durée des manquements constatés.
Les conditions de détention s’apprécient au regard de l’espace de vie individuel réservé aux personnes détenues, de la promiscuité engendrée, le cas échéant, par la sur-occupation des cellules, du respect de l’intimité à laquelle peut prétendre tout détenu, de la configuration des locaux, de l’accès à la lumière, de l’hygiène et de la qualité des installations sanitaires et de chauffage.
La responsabilité de l’Etat est engagée lorsque les conditions de détention ne répondent pas de manière satisfaisante à ces critères.
Par les décisions rendues le 11 avril 2019, et pour deux des requérants, le tribunal a considéré que les effets cumulés de la surpopulation, de la promiscuité (3 m2 environ par personne), du climat, de la présence d’animaux et insectes nuisibles et des difficultés d’aération ont constitué, notamment par la durée de la situation subie (plusieurs mois), une épreuve qui constitue une
atteinte à la dignité humaine.
Le Tribunal administratif de la Guyane a en conséquence condamné l’Etat à verser les sommes de 5 500 euros et 3 000 euros à ces deux anciens détenus. La requête du troisième ancien détenu a été rejetée dès lors qu’il n’apportait pas suffisamment de preuves pour justifier ses affirmations.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

josy 19.04.2019
Temple de la betise

Il faudrait donner a chaque prisonnier la même somme car c'est général.!!!!;

Répondre Signaler au modérateur
jess 18.04.2019

superbe celà va leur apprendre de ne pas construire les infrastructures que l'on doit avoir.
même un guyanaise gardes des sceaux n'a rien fait.
s'allier avec tapis grand voleur

Répondre Signaler au modérateur
FLAMBI 18.04.2019
VIVE LA PRISON

Bravo la justice

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
2 commentaires
A la une