• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

L'avocat Juan Branco mis en examen pour «viol»

France-Guyane avec AFP Mercredi 24 Novembre 2021 - 09h44
L'avocat Juan Branco mis en examen pour «viol»
Juan Branco à son arrivée à l'aéroport Félix-Éboué le dimanche 14 novembre dernier - SR

L’avocat Juan Branco - qui était récemment en Guyane pour défendre en appel les quatre personnes condamnées pour avoir « dégradé ou détérioré » une façade de la préfecture en Juillet 2020 - a été mis en examen mardi 23 novembre pour «viol» par un juge d'instruction parisien après les accusations d'une jeune femme fin avril dernier, a appris l'AFP mercredi de source proche du dossier, confirmant une information du Point.

 « L'intéressé a été mis en examen hier du chef de viol. Il a été placé sous contrôle judiciaire », a confirmé à l'AFP une source judiciaire.

Cette femme, âgée de 20 ans au moment des faits, avait déposé une main courante au commissariat du 14e arrondissement de Paris le 29 avril après sa rencontre avec Juan Branco à la suite d'échanges sur le réseau Instagram. Placé en garde à vue un mois plus tard, l'avocat avait évoqué une relation consentie.

La main courante vise à signaler des faits aux forces de l'ordre mais, contrairement à une plainte, ne constitue pas une demande d'engager des poursuites. Une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris, confiée au premier district de la police judiciaire parisienne (1er DPJ).
La femme «troublée» le lendemain des faits

Dans un post Facebook, l'avocat avait nié toute relation contrainte avec la jeune femme. Après une balade dans Paris, le couple se serait rendu au domicile de l'avocat, selon la version de celui-ci, puis aurait regardé un film avant d'avoir une relation sexuelle consentie. Le lendemain matin, la jeune femme l'aurait «embrassé» avant de partir, assurait encore l'avocat. Elle serait revenue le soir «froide et troublée» en lui annonçant qu'elle avait déposé une «main courante» sur les conseils de deux amies.

Après la révélation des accusations, Juan Branco avait assuré, dans un message à la presse, que la plaignante entendait «retirer» sa main courante au plus tôt. Dans cette main courante, selon Le Point, la jeune femme assurait avoir pris un opiacé, de la lamaline, avec Juan Branco. Celui-ci avait confirmé dans l'émission «Touche pas à mon poste» (C8), en comparant ce médicament à du doliprane.

Juan Branco avait été placé en garde à vue le 1er juin dans les locaux du 1er DPJ, puis remis en liberté en fin de journée. Son avocat, Me Yassine Bouzrou, qui n'a pas répondu à l'AFP mercredi, avait indiqué dans un communiqué qu'«il est très clair que ce qu'on lui reproche est dépourvu de fondement et que cette garde à vue était abusive». Mais le parquet de Paris a décidé de confier les investigations à un juge d'instruction.

Juan Branco est notamment connu pour un succès de librairie, le pamphlet anti-Macron «Crépuscule», paru en ligne fin 2018 puis aux éditions Au Diable Vauvert/Massot en 2019. Il est devenu l'avocat de l'artiste russe Piotr Pavlenski dans l'affaire de la diffusion en 2020 de la vidéo à caractère sexuel de l'ex-porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, alors candidat à la mairie de Paris.

Lundi 15 novembre dernier, il a également défendu en appel Gilles Beaudi, Alexander Marchener, Stéphane Palmot et Richard Cimonard, condamnés à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel de Cayenne pour avoir dégradé la préfecture le 21 juillet 2020 après déclenchement d’un feu de palettes à proximité immédiate de l’hôtel préfectoral. Le délibéré de ce procès en appel sera rendu jeudi 25 novembre à 8h00.

Juan Branco a été placé fin janvier sous le statut de témoin assisté dans cette enquête. Il fait également l'objet de poursuites disciplinaires du conseil de l'Ordre dans le dossier Griveaux.
• À lire aussi :

- L'avocat Juan Branco à la cour d'appel de Cayenne

-  La défense des quatre manifestants en prison s’organise, autour de l'avocat Juan Branco

- Procès en appel des quatre manifestants : la décision sera rendue le 25 novembre

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

cap40 26.11.2021
Les mâles ou les maux...

Les temps sont durs pour nos belles gueules médiatiques...Branco, PPDA, Lahaye, Tron et maintenant Hulot... Qui va prendre le prochain tour ?

Répondre Signaler au modérateur
bozo 25.11.2021
jajay ou es tu ?

bizarre, aucune remarque de jajay pour prendre la défense de ce super avocat, ou est-il ? ou es tu jajay ?

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 25.11.2021
2 options

1. Il est entrain de "s'instruire" sur les réseaux

2. Il fait briller la Audi à l'éléphant bleu

Répondre Signaler au modérateur
Josse 24.11.2021

De mieux en mieux.

Décidément, les kolectifs apéros/dominos nous surprendrons toujours.

Répondre Signaler au modérateur
RAPHI 24.11.2021

et il participe à la chaîne prozemmour livre noir...

Répondre Signaler au modérateur
bozo 24.11.2021
Au même niveau que les groupuscules

Et dire que les 500 frères étaient censés lutter contre la délinquance...
Pourtant autour de ce groupe on trouve de tout, des incendiaires aux agressions en passant par les condamnations de propos racistes pour finir par le viol maintenant...
Quelle d'échéance ! Quelle honte !

Répondre Signaler au modérateur
g6d 24.11.2021

Cet avocat polémiste qui aime beaucoup la publicité est servi !

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 24.11.2021
Y'a pas à dire

Ils savent bien s'entourer nos collectifs "Y'a qu'a, faut que"

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
6 commentaires
7 commentaires
A la une