France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Kalash jugé en septembre

FXG, à Paris Mardi 19 Mars 2019 - 16h02
Kalash jugé en septembre

Kalash sera jugé par le tribunal correctionnel le 19 septembre prochain pour des faits de délit de fuite, outrage et rébellion. Selon son avocat, le chanteur a été violenté par les fonctionnaires de police une fois qu’il a été menotté et aurait une fracture du nez ainsi que des fractures des dents.

Kevin Valleray alias Kalash, revêtu d’une cagoule noire, a quitté le tribunal de Paris ce mardi, sur le coup des 17 heures (heure hexagonale), à l’issue de sa comparution devant le procureur. Ce dernier l’a convoqué pour être jugé par le tribunal correctionnel le 19 septembre prochain pour des faits de délit de fuite, outrage et rébellion.
« Ce sont des faits que nous contestons en grande partie », a indiqué son conseil, Maître Arneton. Kalash a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire. À sa sortie, il était accompagné de sa manager Clara Kata, de DJ Ken et de son garde du corps.

Samedi soir, le chanteur sortait du concert de Drake à l’Accor Arena de Bercy où il avait été invité à chanter sur scène. Peu après, alors qu’il circulait au volant d’une Porsche sur les Champs-Elysées, Kalash a eu un accident et aurait embouti trois véhicules. Il a ensuite été violemment interpellé par la police après une scène un peu confuse, captée par une journaliste amateur qui l’a depuis diffusée largement sur les réseaux sociaux (ksl France).

Mardi matin, le parquet semblait avoir décidé de faire juger Kalash en comparution immédiate l’après-midi même par le tribunal correctionnel. Pourtant, son avocat, Me Eddy Arneton, a obtenu du parquet que son client soit jugé plus tard et surtout pas en même temps que tous les gilets jaunes interpellés un peu plus tôt que lui samedi sur les Champs-Elysées.

« M. Kevin Valleray, a indiqué son avocat, a été violenté par les fonctionnaires de police une fois qu’il a été menotté. Nous avons une fracture du nez ainsi que des fractures des dents… »
Une plainte contre la police

Me Arneton a indiqué qu’une plainte allait être déposée par son client ainsi que par son accompagnateur, DJ Ken, qui lui aussi aurait été frappé par les policiers.

« Cette affaire, a poursuivi son avocat, révèle encore une fois que la plainte qui a été déposée par M. Valleray en 2014 à l’encontre de fonctionnaires de police, laisse des traces et que ces derniers n’oublient pas. »

Dans sa défense, Me Arneton estime avoir eu affaire à des fonctionnaires de police au comportement « pour le moins indélicat et par moment pour le moins pervers » à l’encontre de son client.

Il assure que les vidéos révèlent que Kalash était très calme avant qu’il ne s’emporte subitement : « Il faudrait s’intéresser aux raisons pour lesquelles il a pu s’emporter et se demander si les fonctionnaires de police, à un moment ou un autre, n’ont pas eu des comportements indélicats, des mots qu’ils n’auraient pas du tenir, et cela aurait pu engendrer un courroux de la part de M. Kevin Valleray… A la suite de cette provocation, lorsqu’il est entré dans le véhicule dont les vitres sont teintées, il y a une fracture du nez et des dents… Or, avant qu’il ne rentre dans le véhicule, on ne peut pas conclure qu’il avait une fracture des dents ou du nez. » Pour son avocat, c’est la preuve qu’il a été frappé quand il était menotté.

Outre les poursuites engagées par le parquet, une plainte a été déposée contre Kalash par deux personnes qui étaient dans un des trois véhicules percutés samedi soir. Me Arneton indique que Kalash ne reconnaît aucun délit de fuite. « Les vidéos de surveillance, précise-t-il, démontrent qu’il s’est arrêté au moins à deux reprises et que lorsqu’il a été interpellé, il était justement arrêté pour rédiger des constats amiables. »

Selon son avocat, aucune trace de THC n’a été décelée dans le sang du chanteur. Interrogé sur d’autres substances, Me Arneton a déclaré : « Est-ce qu’il a bu du champagne ? Oui. » Suffisamment pour se faire retirer son permis de conduire ? « Je ne réponds pas à cela, a fait savoir Me Arneton. Mais, si vous pensez qu’on lui a retiré son permis, ça pourrait être lié à cela. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

xxl 20.03.2019
DEBILE

J'ai visionné la vidéo, ce fou n'a pas d'excuse, il faut l'interner.

Répondre Signaler au modérateur
HOBBES 20.03.2019

Un petit retour sur Terre on ne peut plus profitable.
Quant à la quantité de champagne absorbée, elle expliquerait son comportement arrogant.
Mr K est un justiciable comme un autre (si ce n'est qu'il a deja son petit passif...)

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 20.03.2019

En quoi cette information est-elle censée intéresser les lecteurs de France-Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 20.03.2019
Au royaume des frimeurs !

Au royaume des frimeurs ! Entre celui qui frime aux sports d'hiver pendant que sa maison brûle, l'autre qui drague des minettes en boîte au lieu de faire son boulot et ce dernier qui frime avec une Porsche sur les Champs, alors que d'autres ont du mal à remplir leurs frigos ! Pauvre Kevin, il ne lui reste plus qu'à se faire poser des jaquettes en or sur ses ratiches pour frimer encore plus !

Répondre Signaler au modérateur
Gigi973 20.03.2019
undefined

Pauvre Kalash ! Il aurait dû être aux États Unis.

Répondre Signaler au modérateur
HOBBES 20.03.2019

On l'aurait abattu

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
7 commentaires
3 commentaires
8 commentaires
14 commentaires
A la une
3 commentaires
1 commentaire
1 commentaire