• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SAINT-LAURENT DU MARONI

Gold Or condamnée à 100 000 euros avec sursis par le tribunal de Saint-Laurent du Maroni

Samir MATHIEU Vendredi 4 Décembre 2020 - 11h02
Gold Or condamnée à 100 000 euros avec sursis par le tribunal de Saint-Laurent du Maroni
Gold' Or a été condamnée ce vendredi matin à 100 000 euros d'amende avec sursis par la chambre détachée du tribunal correctionnel de Saint-Laurent du Maroni, ainsi qu'à un euro symbolique au titre du "préjudice écologique". - DR

La société Gold' Or vient d'être condamnée ce vendredi matin par la chambre détachée du tribunal correctionnel de Saint-Laurent-du Maroni à une amende de 100 000 euros avec sursis pour une pollution constatée en juillet 2018 sur le site de la crique Kokioko sur la commune de Mana. Gold' Or a aussi été condamnée, et c'est la première fois en Guyane, à verser un euro symbolique au titre du "préjudice écologique". Les associations environnementales et l'ONF s'étaient constituées parties civiles. Gold' Or va faire appel.

Une entreprise aurifère condamnée pour pollution... Gold' Or vient d'être condamnée ce vendredi matin par la chambre détachée du tribunal correctionnel de Saint-Laurent du Maroni à 100 000 euros d'amende avec sursis pour la pollution de la crique Kokioko, en juillet 2018, sur la commune de Mana. C'est là où se situe le chantier d'exploitation aurifère de Gold' Or, propriété de la famille Ostoréro. Le taux prélevé de matières en suspension était 4 800 fois supérieur à la norme autorisée.
Le "préjudice écologique" reconnu pour la 1ere fois en Guyane
Lors du procès qui avait eu lieu le 24 septembre dernier, le parquet avait requis une amende de 80 000 euros, dont la moitié avec sursis, à l'encontre de Gold' Or. C'est finalement une amende plus élevée qui a été prononcée ce vendredi, mais entièrement assortie du sursis. Gold' Or a également été condamnée à verser un euro symbolique au titre du "préjudice écologique". C'est une première en Guyane.

Dans ce procès, les associations environnementales s'étaient constituées parties civiles, dont Guyane Nature Environnement et France Nature Environnement, ainsi que l'ONF (Office national des forêts). Elles reprochaient à Gold' Or d’avoir volontairement ouvert les digues engendrant un déversement important de boue dans le cours d’eau, asphyxiant sur plusieurs kilomètres, tous les organismes vivants présents, se dont s'est défendu Gold' Or, qui a rappelé que l'entreprise aurifère avait ouvert les digues suite à des violents orages, pour éviter que les bassins ne cèdent.
Guyane Nature Environnement satisfaite. Gold'Or va faire appel
Pour Manouchka Ponce, coordinatrice de Guyane Nature Environnement, "cette condamnation est d’autant plus importante qu’elle met en relief la négligence vis-à-vis de la protection de l’environnement des gérants, la famille Ostoréro, également à l’origine du projet Espérance avec une de leurs autres sociétés minières, la Compagnie Minière Espérance."

L'avocat de la société, maître Jean-Yves Marcault-Dérouard évoque "une procédure nulle du début à la fin". L'ancien bâtonnier du barreau de la Guyane met en exergue trois points qui éclairent son propos en rappellant que "des échantillons ont disparu", que "les agents de l'ONF n'avaient pas été commissionnés pour le pouvoir de police judiciaire" et enfin que "les laboratoires n'étaient pas homologués". Maître Marcault-Dérouard explique que "Gold' Or fera donc appel". On s'oriente donc vers un nouveau procès dans cette affaire de pollution aurifère en Guyane.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
6 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire