• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Début du procès en appel des quatre manifestants

Rédaction web Lundi 15 Novembre 2021 - 13h23
Début du procès en appel des quatre manifestants
Les soutiens de Gilles Beaudi, Alexander Marchener, Stéphane Palmot et Richard Cimonard sont sur place. - S.R.

Suivez en direct le procès en appel des quatre manifestants condamnés à des peines de prison ferme pour avoir « dégradé ou détérioré » une façade de la préfecture le 21 juillet 2020. L'avocat général requiert la confirmation des peines principales pour les quatre prévenus.

 



Rappel des faits :  Au terme d’un procès qui aura duré près de 6 heures, le tribunal correctionnel de Cayenne a condamné le 14 octobre le président des 500 frères Stéphane Palmot, Alexander Marcher, Richard Cimonard et Gilles Beaudi à des peines allant de 12 mois à 18 mois de prison ferme. Les quatre prévenus étaient poursuivis pour « dégradation et détérioration d'un bien appartenant à autrui » suite à l’incendie au moyen de palettes et de pneus d’une façade de la préfecture le 21 juillet 2020. Ils ont fait appel de ce jugement de première instance au lendemain de leur condamnation.

LIRE AUSSI : En Guyane, la défense de quatre manifestants en prison s’organise, autour de l'avocat Juan Branco

 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

chris22973 16.11.2021
Pollution,les écolos sont où ?

Il serait bon de savoir ce qu engendre de brûler des pneus.
Il contient une trés grande quantité de particules fines et ultra fines générant une pollution qui est bien PIRE que celle d'un feu de bois.Les feux de matières plastiques libèrent aussi des poussières de carbone. Remarque si vous brulez du plastique et que vous voyez une fine frange verte dans la flamme cela signifie que c'est du Chlorure de Polyvinyle et qu'il se dégage du gaz acide chlorhydrique (sitôt qu'il rencontrera de l'humidite il formera des gouttelettes d'acide.
Accessoirement le caoutchouc des pneus contient du SOUFRE dont l'incinération formera du Dioxyde de soufre gaz suffocant acide....
Conclusion on peut AUSSI se préoccuper d'environnement et de santé pendant les manifestations.
Ces acides sont très dangereux comparés à la lacrymogène

Répondre Signaler au modérateur
cap40 16.11.2021
Petit pari...

Petit pari??? 2 ans donc bracelet... d'autant que les dégâts ont été revus à la baisse par la mairie, curieux juste avant le procès (à 50000 au lieu de 130 ( PAYE au black??)
Comme le formulait Coluche "on était une bande de jeunes, on s'est fendu la gueule" mais on n'avait pas les allumettes...
A lire en urgence le procès Charlie Hebdo et La Défense des 14 inculpés qui bien sûr n'ont rien fait sinon vendre des Kalachnikov sans savoir à qui et à quoi elles pouvaient servir.La nature humaine peut être d'une infinie tristesse.

Répondre Signaler au modérateur
Vieux blanc 16.11.2021

Si le prix a été revu c'est par la CTG propriétaire des lieux. Cela vous étonne que SERVIL est ce geste envers ses amis.

Répondre Signaler au modérateur
melimélo973 17.11.2021
Ya moyen de commencer à réfléchir?

Donc les magistrats, auraient accepté comme ça que monsieur Serville change le montant de 130 000 à 50 000? Si c'est monsieur Serville qui leur à soit disant donné ces montants, ça veut dire qu'ils sont allés que ces hommes de lois sont allés dans un tribunal en affirmant quelque chose sans en avoir vérifié la véracité(factures!). Ça fonctionne comment dans vos têtes!

Répondre Signaler au modérateur
Mathy 16.11.2021

pour remettre un peu de mesure dans l'esprit de ceux qui pensent que les peines sont trop lourdes, "extrait d'un article du Monde de ce jour : Mostafa El Fathi a été condamné, mardi 16 novembre, à cinq ans de prison dont quatre ans avec sursis (l’année d’emprisonnement ferme étant à purger sous le régime du bracelet électronique).

Le 10 août 2016, lorsqu’il jette un mégot qu’il croit éteint au pied d’un talus de broussailles, ce maçon de Berre-L’Etang (Bouches-du-Rhône) est tout de suite dépassé. « A la vitesse où le feu a pris, même en prenant le tuyau d’arrosage, il n’y avait rien à faire, je me suis sauvé », confiait-t-il, lundi, devant le tribunal" ET lui ce n'était pas intentionnel !!!!

Répondre Signaler au modérateur
chris22973 15.11.2021
Gouathon et Goudethon

S il vous plaît serait il possible à la croix rouge (une véritable et sérieuse association) de procurer des sous vêtements et vêtements décent à nos camarades Mme Goua et Mr Goudet, voilà 3 ans qu ils portent les mêmes vêtements. Sauvons la planète de ces maux. Merci

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
7 commentaires
8 commentaires
A la une
2 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos