• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Crise sanitaire en Martinique et en Guadeloupe : un homme condamné pour avoir menacé les préfets

AFP Jeudi 2 Juin 2022 - 12h42
Crise sanitaire en Martinique et en Guadeloupe : un homme condamné pour avoir menacé les préfets

Un Guadeloupéen de 54 ans qui avait relayé un appel à « traquer » nommément les directeurs d'ARS et préfets de Guadeloupe et de Martinique a été condamné à une peine de prison ferme.

 Le tribunal correctionnel d'Évry a condamné mercredi 1er juin 2022 un homme à six mois de prison ferme pour la diffusion d'une vidéo où il menaçait les préfets et directeurs des Agences régionales de santé (ARS) de Guadeloupe et de Martinique en pleine crise liée à l'obligation vaccinale contre le Covid-19.

Il a été reconnu coupable d'incitation à des actes de terrorisme et relaxé des chefs de menace et outrage envers des personnes dépositaires de l'autorité publique car " les éléments n'étaient pas établis ", a précisé le président du tribunal.

Cet homme avait diffusé sur un groupe WhatsApp de collègues antillais un montage vidéo d'environ une minute où une voix de synthèse appelait à " traquer " nommément les directeurs d'ARS et préfets de Guadeloupe et de Martinique et les qualifiait de " chiens qui vous privent de vos libertés ", le tout avec un enchaînement de photos d'émeutes.

Une « blague » pour le prévenu

À la barre, Didier. E, 54 ans, né en Guadeloupe, résident en Essonne et sans antécédents judiciaires, a argué que la vidéo était " une blague " entre collègues. " Il n'y a eu aucune volonté de ma part d'aller blesser qui que ce soit ", a-t-il ajouté.

" II n'y a absolument aucune image dans cette vidéo qui permette de douter qu'il ne s'agit pas d'une plaisanterie ", a souligné la procureure de la République, qui a requis la peine suivie par le tribunal, soit deux ans de prison dont 18 mois avec sursis. La vidéo, partagée, est ensuite devenue virale dans les deux territoires.

Les préfets de Guadeloupe et de Martinique ainsi que les deux directeurs des ARS et l'ARS, en tant que personne morale, s'étaient constitués partie civile dans cette affaire.

En 2021, l'entrée en vigueur de l'obligation faite au personnel soignant et aux pompiers de se vacciner contre le Covid-19 a déclenché en Guadeloupe puis en Martinique un mouvement de contestation qui s'est élargi à des revendications sociales, entraînant manifestations et violences urbaines.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

P.Daudet 03.06.2022
Justice coloniale

Lorsqu’un énergumène enfarine UNE « personnalité », il risque la prison. C’est la loi de la République.

Lorsqu’un Président dit vouloir emmerder des MILLIONS d’ANONYMES, menace autrement salissante voire sanitairement dangereuse, la justice n’est pas saisie. C’est le privilège des dignitaires de la République.

Quand un homme excédé par la violence d’Etat, sous couvert d’urgence sanitaire alors que depuis des années le délitement du système de santé se poursuit, publie innocemment (au sens de naïvement) sa colère, il est condamné à de la prison ferme.

Certes, il est né en Guadeloupe., c’est important de le savoir ! Il serait né dans la Creuse ou les Hautes Alpes, il serait caucasien, ou Président, la Justice aurait-elle été la même ? Ses collègues du réseau social originel auraient été candidats aux élections, ministres, vedettes du petit écran …, la sanction aurait été la même ? La Fontaine, qui ne disposait pas de video, a écrit en 1668 dans « Le loup et l’agneau », une fable à propos des forts et des faibles …

Condamné pour « incitation à des actes de terrorisme » !  D’un point de vue journalistique, faire un lien en concluant l’article sur les « manifestations et violences urbaines », le raccourci est rapide. Pour un journal régional et communautaire, on aurait aimé un commentaire moins tendancieux.

Cela me rappelle un feu de palettes qui aurait détruit pour plus de 100 000 € (annoncé à la presse) ramené à une trentaine (retenue par la Justice).

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 02.06.2022
Repression

Macron se venge... Y sont incapables d'assuré l'ordre au "stade de france" mais par contre, persecutez les militans Antillais et Guyanais, y savent faire!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
4 commentaires
A la une