France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Cocaïne : "Des dispositifs de contrôle plus sévères"

M. L.T. Mercredi 13 Février 2019 - 14h34
Cocaïne : "Des dispositifs de contrôle plus sévères"

Dans les affaires de mules, quelques avocats commencent à poser la question de savoir ce que les pouvoirs publics entendent réellement faire pour juguler une bonne fois pour toutes le trafic de drogue au départ de la Guyane.

Ce n'est certes pas nouveau, sauf que cette question revient avec de plus en plus d'insistance dans les plaidoiries, à l'image de celle menée par Me Christophe Pigneira, qui défendait son client, un sexagénaire surinamais, intercepté le 9 février dernier à Félix Eboué avec 4386 grammes de cocaïne.

"Mettons une bonne fois pour toutes des dispositifs de contrôle plus sévères et plus performants, sachant que la Guyane est quasiment l'unique point de départ vers l'Europe de ce trafic."

Revenant au dossier dont il avait la charge, il demande à ce que son client ne subisse pas "la sanction pour la sanction" et plaide pour une peine de sursis. "Et ce d'autant plus que le centre pénitentiaire de Rémire est surpeuplé. Laissez-le rentrer chez lui."

Le représentant du Parquet, Eric Métivier, avait requis une peine de deux ans de prison, avec maintien en détention. Le tribunal s'est orienté vers une peine de deux ans avec sursis, une interdiction de dix ans du territoire national, une amende douanière de  5000 euros.     

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

josy 14.02.2019
Impunité

Maigres sanctions pour les mules. Ça continuera tranquillement!

Répondre Signaler au modérateur
Lucky973 13.02.2019
au bagne

vivement que la prison de Sl Laurent soit construite et opérationnelle afin que les complices hheeuu pardon les avocats qui défendent ce type de criminel ne trouve pas d'excuse en disant que la prison de Rémire est surpeuplée quelle honte de défendre ces tueurs en série !!!

Répondre Signaler au modérateur
Lucky973 13.02.2019

vivement que la prison de Sl Laurent soit construite et opérationnelle afin que les complices hheeuu pardon les avocats qui défendent ce type de criminel ne trouve pas d'excuse en disant que la prison de Rémire est surpeuplée quelle honte de défendre ces tueurs en série !!!

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 13.02.2019

Dans leur grande majorité, les mules ne sont pas exactement ce qu'on appelle des tueurs en série ou des bandits sans toutefois vouloir les excuser. Pendant des années, des peines de prison ferme plus ou moins sévères ont été appliquées sans que le phénomène ne soit endigué, bien au contraire, donc il faut certainement s'attaquer au problème différemment.

Répondre Signaler au modérateur
jess 13.02.2019

la vie est belle alors les bandits font ce qu'ils veulent. surtout qu'il va recommencer sauf qu'il va doubler son bain. assassin de nos enfants

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 13.02.2019

Faites de même si la vie est si belle alors...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 13.02.2019

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
aucun 13.02.2019
photo à la une

la photo d'illustration -à la une (pas celle de l'article)- montre un groupe du DNCD (Dirección Nacional de Control de Droga) basé en République Dominicaine. les Douanes de Guyane n'ont donc pas de belles photos de leurs saisies à fournir à FG ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
11 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
Justice

Manif des avocats demain

P.R. - Lundi 14 Janvier 2019

A la une
1 commentaire