France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Camopi : le militaire incarcéré

P.R. & BD Mercredi 25 Septembre 2019 - 17h52
Camopi : le militaire incarcéré
La place du village, à Camopi. - Archives

Après avoir reconnu avoir tiré sur un garimpeiros dans la nuit de dimanche à lundi, le soldat de l'armée de terre a été mis en examen ce mercredi soir pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le parquet a demandé son placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention se prononcera lundi sur cette demande. En attendant, le militaire est incarcéré.

Dans le cadre l’enquête criminelle ouverte suite à l'homicide d'un ressortissant brésilien à Camopi, les investigations médico-légales effectuées par la justice brésilienne ont établi que la victime est décédée des suites d’un tir par arme à feu. Ce mercredi soir, le soldat de l'armée de terre a été mis en examen ce mercredi soir pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le parquet a demandé son placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention se prononcera lundi sur cette demande. En attendant, le militaire est incarcéré.

6 orifices d’entrée de projectile d’arme à feu (plombs) ont été relevés dont 5 dans la région dorsale et un devant l’oreille gauche.

Le militaire reconnaît avoir fait usage de son arme à feu à une reprise alors qu’il a aperçu deux orpailleurs illégaux en train de récupérer du matériel dissimulé et que l’un d’entre eux s’est dirigé en courant vers lui un sabre à la main.

Cette relation des faits, particulièrement sur les menaces avec arme des orpailleurs illégaux, est infirmée par certains témoignages et doit être confrontée aux données médico-légales recueillies.

Aussi, le parquet de Cayenne a décidé de requérir l’ouverture d’une information judiciaire contre l’auteur du tir pour "violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner" aggravée par la qualité de personne dépositaire de l’autorité publique et par l’usage d’une arme.

Compte tenu de la nature des faits et afin de permettre la réalisation rapide d’investigations complémentaires par le juge d’instruction, le parquet sollicite le placement en détention provisoire du militaire en cause. La décision de placement en détention provisoire relève de la compétence du juge des libertés et de la détention qui statuera après débat contradictoire entre le ministère public et le mis en examen assisté de son avocat.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

joko973 28.09.2019

Le militaire aurait dû se laisser découper avant de tirer. Triste France...

Répondre Signaler au modérateur
Ayloria 27.09.2019

Quelle connerie franchement. N'importe quoi.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 26.09.2019

Il n'y a que France-Guyane pour écrire "un garimpeiros"...

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 26.09.2019
deux à trois vitesses

Sans préjuger des responsabilités, il faut noter que c'est la même justice qui n'incarcère quasiment jamais trafficants de cocaïne, orpailleurs clandestins et autres joyeuses racailles. Pauvre France...

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 27.09.2019

exactement,la justice fait la différence entre trafics divers et "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner"aggravé par sa fonction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
A la une