• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Justice

Affaire Karina : une enquête en cours et des réseaux sociaux en ébullition

SH Samedi 30 Mai 2020 - 15h27
Affaire Karina : une enquête en cours et des réseaux sociaux en ébullition

Sur les réseaux sociaux, c'est un déferlement de commentaires et autres témoignages depuis quelques jours. Le corps d'une jeune femme, franco-brésilienne de presque 25 ans, a été découvert dans des conditions dramatiques, le 15 mai, par les gendarmes, du côté de Cacao, au bord d'une crique. Une page Facebook a été créée.

Karina Antunes Gama de Souza, jeune franco-brésilienne, aurait eu 25 ans le 20 septembre prochain. Selon des éléments partagés sur un profil Facebook intitulé Justice pour Karina — ndlr, un site créé, est-il expliqué sur la page d'accueil, pour lutter contre le féminicide et pour que la justice soit faite — la jeune femme a été tuée le 12 mai dernier, alors enceinte de 3 mois. Son corps a été retrouvé carbonisé, trois jours après son décès, dont l'origine est pour le moment inconnue, dans une crique. Les premiers éléments de l'enquête et l'autopsie ont bien confirmé l'identité de la victime. Des restes d'échographies et d'effets personnels, retrouvés près de la scène macabre, brûlés, ont authentifié l'identité de la jeune femme. Pour le moment, rien de plus n'a filtré de l'enquête en cours.
Une affaire qui en rappelle une autre…
Sur les réseaux sociaux, plusieurs commentaires attribuent ce crime à son petit ami… qui aurait lui-même signalé la disparition de la jeune femme à la gendarmerie. Ce meurtre serait, toujours selon les messages publiés par des proches de la victime,  lié à une autre affaire de meurtre, il y a dix ans, d'une autre jeune femme, Camila. Celle-ci, est-il expliqué, était une ex de l'homme aujourd'hui cible d'accusations qui alimentent la toile, en Guyane comme au Brésil. "Il avait été mis en cause", indique Jérôme Gay, avocat au barreau de Guyane. Sans pour autant être reconnu coupable par la justice. Le procès s'était arrêté en appel. Me Jérôme Gay, qui défend aujourd'hui les intérêts de Karina et de sa mère, pour lesquelles de nombreux internautes éprouvent aussi beaucoup de compassion et envoient des messages de soutien aux proches et à la famille, défendait aussi les intérêts de Camila.

" Lorsque Karina a découvert que son compagnon avait commis un meurtre, ce dernier a forcé Karina à supprimer tous ses réseaux sociaux, elle n’avait plus accès à son téléphone portable. Il l’a obligée à s’éloigner de sa famille, pour qu’elle ne puisse pas révéler les faits. Nous venons tout juste d’apprendre qu’apparemment il a pris la fuite en Métropole ! Elle était une fille douce et aimable, qui a eu sa vie détruite par un homme à problèmes et qui est protégé par sa famille aisée !", a-t-il été posté le 28 mai sur Facebook.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Georges de Cayenne 31.05.2020
Muriel

Ce crime rappelle celui de Muriel, en 2002, tuée par un assassin dont le profil rappelle celui du suspect du meurtre de Karina. Ses restes, limités à quelques ossements, avaient été retrouvés en 2005 sur la route de Cabassou. L'analyse ADN avait permis son identification. Son assassin, avait été identifié car en 2009, à Tours, une femme avait déposé plainte pour violences contre son ex-compagnon qui lui avait avait confié avoir tué Muriel lorsqu'ils vivaient en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une