• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

6 mois après la famille de Karina monte au créneau et veut être associée à l'enquête

Samir MATHIEU Vendredi 20 Novembre 2020 - 13h10
6 mois après la famille de Karina monte au créneau et veut être associée à l'enquête
Maître Mustapha Khitter et Talita Campos Ribeiro représentent la famille et lancent un appel à la justice pour être associés à l'enquête sur la mort atroce de Karina. - Samir MATHIEU

C'est un cri de détresse que lance la famille de Karina, 24 ans retrouvée morte le 15 mai dernier dans des conditions particulièrement atroces. Depuis, une enquête a été ouverte, 2 juges d'instruction ont même été nommés, mais la famille reste sans nouvelle et déplore de "ne pas avoir accès au dossier" alors même qu'elle s'est constituée partie civile depuis le début de l'affaire. 

La famille de Karina monte au créneau. 6 mois après la découverte du corps sans vie de la jeune franco-brésilienne, la famille déplore de ne pas être "tenue au courant" de l'enquête. L'une des cousines de Karina Talita Campos Ribeiro, a participé ce jeudi à une conférence de presse avec l'avocat maître Mustapha Khiter. Il a été question de l'avancée de l'enquête, mais aussi d'un appel à la mobilisation.

Mustapha Khiter a justifié ce point presse "pour sensibiliser à la question de ce dossier mais surtout interpeller s'agissant du fait qu'à ce stade, du côté des parties civiles et de la famille, nous n'avons toujours pas accès à la procédure". L'avocat a toutefois tenu à préciser qu'ils avaient "toute confiance aux juges d'instructions désignés" mais que c'était "un droit que d'avoir accès à la procédure, d'être convoqués par les juges d'instruction et de pouvoir participer à la procédure".
La famille attend plus des enquêteurs
Talita Campos Ribeiro a expliqué que la situation était "très difficile à vivre" pour la famille de Karina au Brésil : "ma frustration c'est de ne pas pouvoir leur dire comment Karina est morte sur le territoire français". Talita Campos Ribeiro a le même âge qu'avait Karina. Les deux femmes étaient très proches. Et elle regrette de ne pas pouvoir donner d'informations aux enquêteurs qui ne l'a sollicitent pas ni elle, ni la maman de Karina, "qui est celle qui l'a connaissait le mieux". Une situation que Talita regrette d'autant plus que pour elle "ce que les enquêteurs nous ont dit, ne correspond pas à Karina. Ce qu'ils ont dit ne coïncide pas. Pour moi, ils parlent d'une personne complètement différente de la Karina que j'ai connu". Difficile d'en savoir plus sur ce point là pour l'instant, la famille et l'avocat ne voulant pas trahir le secret de l'instruction, même si ils le rappellent, ils n'ont pas accès au dossier.

Talita "attend plus des enquêteurs. Le peu d'informations qu'on a pu donner, ça été très clair. C'est déjà beaucoup, donc ils peuvent déjà commencer à se baser sur ça. J'attends un retour".
L'avocat veut plus de célérité de la justice
Maître Khiter est inquiet et demande plus de célérité des magistrats instructeurs et insiste pour que la partie civile soit entendue : "nous pensons pouvoir apporter des éléments qui seraient de nature à permettre aux services d'enquête de laisser de côté certaines hypothèses et d'en privilégier d'autres." Et Mustapha Khiter de citer l'affaire Victorine, retrouvée morte en Isère, et dont l'affaire a été assez rapidement bouclée avec l'interpellation d'un suspect (Ndlr : une affaire supervisée par l'ancien procureur de Cayenne, Eric Vaillant, qui est désormais procureur de Grenoble) : "Moi aujourd'hui, je ne suis pas là pour critiquer la mobilisation des services d'enquête en Guyane, mais je suis en droit de me poser la question" et celui qui est avocat au barreau de Cayenne, mais aussi au barreau de Paris de préciser son propos : "certes on a une crise sanitaire qui a lourdement impacté la Guyane et handicapé les investigations, mais on a aussi des moyens en Guyane qui ne sont pas les mêmes que ceux qui existent en métropole". Et de rappeler par exemple qu'il y a 6 sites pour la justice sur Cayenne... 

Sur l'affaire, maître Khiter ne veut pas rentrer dans le détail en raison du secret de l'instruction. Par contre, il précise que les quelques élements qu'il a pu voir "sont insatisfaisants et ne permettent surtout pas de savoir quand Karina est décédée, ni de savoir comment. Or c'est la base d'une enquête. Donc on peut se poser la question légitimement vers quoi cette procédure va s'orienter et on peut s'inquiéter du côté de la famille à ce sujet"
Des moyens très importants dans ce dossier rappelle le procureur
Contacté par nos soins après ce point presse et cet appel de la famille de Karina, le procureur de la République de Cayenne Samuel Finielz rappelle que "des moyens très importants ont été déployés par la justice dans ce dossier. Deux juges d'instruction ont été saisis. Les enquêteurs de la section de recherches de Cayenne sont motivés et travaillent d'arrache pied. Mais ce n'est pas parce que rienne ressort, que rien ne se passe. Notre objectif, c'est que cela se passe dans le meilleur climat possible et dans la sérénité. Le seul souci des juges d'instruction c'est de pouvoir faire émerger la vérité".
Le petit-ami n'a pas été convoqué
On retiendra que la famille et leur avocat n'ont pas voulu rentrer dans le détail de l'affaire, et surtout ne cibler personne en particulier. Mais au début de l'affaire,la famille de Karina a porté ses soupçons sur le petit ami de la jeune franco-brésilienne, Sylvain Kereneur. C'est lui qui avait signalé la disparition de Karina.

Sylvain Kereneur avait été mis en cause il y a 14 ans dans la mort d'une autre jeune femme. C'était en 2006. Camilla Marques Pereira, avait été retrouvée morte carbonisée. Il avait été accusé dans cette affaire mais n'a pas été condamné. Il avait finalement bénéficié d'un non lieu auprès de la cour d'appel. Sylvain Kereneur serait parti dans l'hexagone et n'a pas été convoqué par la justice dans le dossier Karina.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

jess 20.11.2020

donc cefrtains ont accusés à tort

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
A la une
2 commentaires