• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

5000 € d’amende pour l’organisateur de la soirée du 31 octobre à Montsinéry-Tonnégrande

S.R. Vendredi 19 Novembre 2021 - 18h26
5000 € d’amende pour l’organisateur de la soirée du 31 octobre à Montsinéry-Tonnégrande
Entre 150 et 200 personnes étaient présentes au moment où une fusillade a éclaté. - D.R.

 Une soirée non déclarée au quartier Kalani-Beauséjour a pris une tournure dramatique le 31 octobre. L’organisateur, poursuivi pour 6 infractions, a été condamné à deux mois d’emprisonnement avec sursis et 5000 € d’amende délictuelle.

 Trois files d’attente distinctes, une vente de bracelets orchestrée plusieurs jours avant les faits, des agents de sécurité non déclarés, des nettoyeurs, un bar, des tentes… L’organisation d’une soirée « Halloween » au quartier Kalani-Beauséjour de Montsinéry avait tout d’un événement bien agencé, mais rien ou presque n’y était légal. Les festivités ont suscité l'indignation notamment parce qu’une tentative de meurtre a sonné le glas de cette soirée clandestine, qui soulève des problèmes de sécurité publique et économique comme rappelé à l’audience en correctionnelle de ce jour, au tribunal judiciaire du Larivot.

« Notre collectivité qui est démunie face à l’ampleur de ce quartier en appelle, une fois de plus, à la réaction des Pouvoirs Publics de l’État » soulignait au lendemain des faits le maire de Montsinéry-Tonnégrande Patrick Lecante dans nos colonnes, en appelant à la responsabilité des autorités publiques. Dans cette zone de 600 hectares, créée dans les années ’80 sous formes de zones de droits d’usages collectifs, qui a mis à disposition son terrain pour un événement de cet ampleur, à but lucratif ?

Les investigations ont laissé penser que cet événement était organisé par le frère du propriétaire du terrain et deux de ses amis, dont le prévenu du jour, selon l’enquête de gendarmerie lue pendant le rappel des faits. La propriétaire du terrain a expliqué aux gendarmes qu’elle a prêté gratuitement la parcelle à son frère, qui souhaitait officiellement « organiser l’anniversaire d’un de ses copains ».
En début de semaine dernière, quatre personnes dont deux des DJ présents – « DJ Averne » et « DJ Ti Mario » - à l’événement, ont été auditionnées sous le régime de la garde à vue.

Et bien que « l’organisateur ait été débordé par la situation », tel qu’introduit par la substitute du procureur de la République Marie-France Sauvagnac, six chefs d’infractions ont été retenus par le parquet pour les poursuites, après une première convocation de l'organisateur à la gendarmerie ce mercredi. Parmi ces derniers, Lodruk, 27 ans, devait notammment répondre d’ « exécution d’un travail dissimulé commis à l’égard de plusieurs personnes » du 31 octobre 2021 au 1er novembre 2021.
Des bracelets d'entrée vendus jusqu'à 500€
Car pour « enregistrer », abreuver et enjouer musicalement les quelque 150 à 200 personnes qui étaient présentes pour l’occasion, la logistique était de mise. Il y en avait au moins pour 1000 euros de boissons selon Lodruk. Distribués à la cité Arc en Ciel ou encore à Family Plaza, les bracelets échelonnés de 20 à 500 euros pour les tarifs de groupe permettaient de quantifier la répartition des liqueurs. Un service de sécurité apprêté pour l’occasion « fouillait » les participants, mais exit les pass sanitaire en vigueur dans ce type d’événements, lorsqu'ils sont légaux.

« D’abord, on a réellement eu dans cette soirée illégale et sauvage des problèmes de santé publique » a rappelé la substitute du procureur. Des faits finalement « caractérisés et reconnus » a tranché le ministère public, qui a requis une peine délictuelle de 12 mois d’emprisonnement assortis d’un sursis, ainsi que 10 000 euros d’amende délictuelle, dont la moitié en sursis.

Une peine raccord avec le chiffre d’affaires estimé du prévenu au terme de la soirée : 4000 € avant redistribution des salaires (évidemment non déclarés). Plusieurs infractions fiscales ont été caractérisées, valant à la logistique de cet événement illégal plusieurs avis à l’URSSAF et à la direction des finances publiques.

« C’est lui qui a porté secours à la victime en l’emmenant en voiture à l’hôpital. » a expliqué au tribunal Me M’Pika, en charge de sa défense, reconnaissant toutefois que les faits sont caractérisés.

Le tribunal a finalement revu à la baisse la peine de Lodruk, le condamnant à deux mois d’emprisonnement entièrement assortis d’un sursis et au paiement d’une amende délictuelle de 5 000€. Pour « l’exploitation sans billetterie conforme d’une entreprise de spectacle soumise à la TVA », il devra s’acquitter d’une amende fiscale de 30€.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

GILLES BERNARD 20.11.2021

Et le détournement des biens de la mairie, on oublie ?

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 20.11.2021
avec les lois

libertycides qui ont vu le jour depuis "covid", Macron et tout sa "clic" y font se qui veulent, y inposent toutes les lois et "couvre feu" qui veulent...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 20.11.2021

A la niche...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
7 commentaires
8 commentaires
A la une