France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Trump assure ne pas être "pressé" de lancer des frappes contre l'Iran

Vendredi 21 juin 2019
Trump assure ne pas être "pressé" de lancer des frappes contre l'Iran
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 20 juin 2019. Il a expliqué le 21 juin avoir annulé au dernier moment des frappes prévues la veille car elles auraient fait de nombreuses victimes - MANDEL NGAN (AFP)

Le président américain Donald Trump a affirmé vendredi ne pas être "pressé" de répondre militairement à l'Iran, expliquant avoir annulé au dernier moment des frappes prévues jeudi soir car elles auraient fait de nombreuses victimes.

Dans une série de tweets matinaux, M. Trump a détaillé le déroulement de la soirée de jeudi.

"Nous étions armés et prêts à riposter la nuit dernière contre trois sites différents quand j'ai demandé combien (de personnes) allaient mourir. 150 personnes, monsieur, a été la réponse d'un général. 10 minutes avant la frappe, je l'ai stoppée, (ce n'était) pas proportionné par rapport à une attaque contre un drone", a écrit le président américain.

Jeudi, l'Iran a abattu un drone américain ayant, selon Téhéran, violé son espace aérien. Les Etats-Unis affirment eux qu'il a été abattu dans l'espace aérien international.

"Je ne suis pas pressé, notre armée est (...) prête et de loin la meilleure au monde", a ajouté M. Trump, se félicitant que les sanctions américaines contre l'Iran soient "cinglantes".

"L'Iran ne sera JAMAIS autorisé à avoir d'armes nucléaires, pas contre les Etats-Unis, et pas contre le MONDE!", a-t-il lancé.

Le New York Times avait été le premier à faire état de l'annulation des frappes juste avant leur horaire prévu. Le quotidien avait affirmé jeudi soir que "les avions étaient en l'air et les navires en position mais n'avaient pas encore tiré quand l'ordre d'arrêter est tombé".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une