• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CHEZ NOS VOISINS

Mouvements de grève en cascade à Paramaribo

Eric Gernez à Paramaribo Dimanche 11 Juillet 2021 - 19h49
Mouvements de grève en cascade à Paramaribo
L'une des stations-essence de la capitale surinamaise où s'est cristallisé ce début de mobilisation sociale - E.G.

Il semble qu’après la période de torpeur induite par les mesures de quarantaine, la société civile se réveille. Des mouvements sociaux s’expriment en nombre.

Grève des pompes à essence
Paramaribo s’est réveillé vendredi matin avec l’annonce de la fermeture des pompes à essence. À une période où on fait des ‘petits pleins’ par manque de liquidité, la nouvelle est mal tombée. Beaucoup de personnes sont parties au travail avec la peur de tomber en panne sèche. Heureusement en cours de matinée, quelques points de vente de carburant ont ouvert.
Revendications multiples
La société connaît en ce moment des grèves dans de multiples secteurs, dont certains ont une importance vitale pour le pays. Les contrôleurs aériens , le personnel des hôpitaux, sont ainsi engagés dans des négociations musclées avec le gouvernement. L’hôpital universitaire et s’Lands hôpital sont ainsi en rupture d’accueil des patients. Il y a quelques temps, c’était la police qui manifestait dans la rue et les issues de ces négociations sont encore en suspens.
Dénominateur commun : les salaires
La motivation première des contestations et le niveau des salaires. L’érosion du SRD et l’inflation incontrôlée ont fait exploser le pouvoir d’achat des salariés. A titre d’exemple, voici ce que dit une employée de maison de retraite : ‘’Le salaire horaire est de 12 SRD, l’indemnité d’autobus de 100 SRD par mois et une indemnité de nuit est de 3 SRD.’’

Rappelons aux lecteurs le taux de change de 22.50 SRD pour 1 euro.
Communication gouvernementale défaillante
Les mouvements sociaux se multiplient à ce moment où le Suriname sort de sa torpeur post quarantaine et découvre le face à face avec une réalité économique tragique. Les voix s’élèvent aussi en réaction au sentiment de vide de pouvoir, généré par une communication gouvernementale très rare, voire parfois manquant de cohérence. L’évident manque de concertation exacerbe les contestations.
L’épineux sujet des tarifs de l’électricité
Le gouvernement doit annoncer l’augmentation des tarifs de l’électricité. Motivée par un nécessaire retour à la rentabilité de l’entreprise EBS, cette augmentation est très contestée, autant par l’opposition politique que par les socio-professionnels. Le sujet est devenu un véritable challenge pour un gouvernement qui accomplit ce mois un an de pouvoir. Dans un rapport accablant, la Chambre de Commerce (KKF) conclut que ‘’le gouvernement n’a pas suffisamment tenu compte de la situation de crise dans laquelle se trouve la société et conseille au gouvernement de maintenir la tranquillité d’esprit sociale lors de l’ajustement des nouveaux tarifs et de les mettre en œuvre par petites étapes’’.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire