France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Mondial de rugby: All Blacks, la démonstration de force

Samedi 19 octobre 2019
Mondial de rugby: All Blacks, la démonstration de force
Les All Blacks saluent leurs supporters après leur démonstration aux dépens de l'Irlande en quart de finale de la Coupe du monde, le 19 octobre 2019 à Tokyo - Anne-Christine POUJOULAT (AFP)

La réponse du champion. Les All Blacks, doubles tenants du titre et N.1 mondiaux, ont affiché leurs ambitions en corrigeant l'Irlande (46-14), samedi à Tokyo, pour s'offrir une demi-finale de rêve face à l'Angleterre, leur rival le plus ambitieux.

Les Anglais, énormes en défense et réalistes en attaque, ont écœuré l'Australie (40-16) dans l'autre quart de finale, un peu plus tôt à Oita. Cette finale avant l'heure entre les archi-favoris et l'un des principaux outsiders aura lieu dans une semaine à Yokohama.

En quête d'une troisième couronne mondiale de rang, les All Blacks ont inscrit sept essais, dont deux pour le seul Aaron Smith (14e, 20e), pour faire taire les sublimes supporters irlandais, venus en masse soutenir leur équipe au Japon.

Car l'enthousiasme des hommes en vert était tout simplement insuffisant pour arrêter le rouleau compresseur noir qui s'est abattu sur les Irlandais, rentrés à la pause avec 22 points de retard et rien à montrer pour leur défense.

"Un quart de finale de Coupe du monde, c'est quitte ou double. On voulait bien commencer. On savait que les Irlandais allaient venir nous chercher mais on voulait réussir notre entame de match. On peut être fiers et apprendre de ça", a confié le troisième ligne Ardie Savea.

"On a vraiment travailler dur pour être en position et pouvoir faire ses plaquages. Je n'ai pas vu les statistiques mais on peut être fiers de notre effort défensif", a-t-il ajouté.

Avec vingt-neuf plaquages ratés au total, les Irlandais ont, eux, semblé avoir oublié les principes défensifs mis en place par le sélectionneur Joe Schmidt, eux qui ont fait déjouer leurs adversaires pendant plus d'un an.

Les points forts traditionnels des Irlandais, agressivité autour des rucks, jeu au pied, habileté en touche, sur les groupés-pénétrants ou sous les ballons hauts, sont tout simplement passés à la trappe. La faute à des All Blacks XXL, portés par un Sam Cane impressionnant et un Beauden Barrett de plus en plus à l'aise à l'arrière et auteur de son 35e essai international (32e).

Le talonneur et capitaine Rory Best aurait sans doute préféré une autre sortie pour sa dernière sous le maillot irlandais. Comme le sélectionneur Joe Schmidt, également sur le départ.

- Favoris à leur propre succession -

Surtout, les Néo-Zélandais ont fait taire les incertitudes autour de leur véritable niveau: après un premier tour avalé sans sourciller, avec trois victoires devant l'Afrique du Sud (23-13), le Canada (63-0) et la Namibie (71-9), puis un match annulé contre l'Italie, les hommes de Steve Hansen n'avaient finalement pas vécu de vrai test depuis près d'un mois.

Ils ont relevé le défi haut la main face à une équipe qui les avait battus à deux reprises en trois matches (victoires 40-29 en 2016 et 16-9 en 2018, défaite 21-9 en 2016) et que les observateurs annonçaient capable de contrecarrer la machine néo-zélandaise.

"L'attaque et la défense ont été bonnes. 'Stormy' (l'entraîneur adjoint Scott McLeod, NDLR) a fait du super boulot cette année et l'a bien préparé en défense. 'Fozzie' (l'entraîneur adjoint Ian Foster) a fait du très très bon travail en attaque. C'est sans doute les meilleurs entraîneurs que j'ai vu", a assuré Hansen.

En revanche, la malédiction se poursuit pour le XV du Trèfle qui échoue pour la septième fois de son histoire à ce stade de la compétition, la troisième de rang. Au passage, les Irlandais ont été victimes de la faillite de leurs cadres, l'ouvreur Jonathan Sexton en tête.

Après l'Australie en 1987 et en 1991, la France en 1995 et 2003, le pays de Galles en 2011 puis l'Argentine en 2015, ce sont donc les All Blacks qui mettent fin au rêve irlandais.

Les Néo-Zélandais ont laissé des miettes à leurs adversaires du soir, dans la nuit de Tokyo, dont deux essais du centre Robbie Henshaw (69e) puis un autre de pénalité (76e). C'est bien peu...

Agressifs en défense, impitoyables en attaque, les All Blacks sont là, insatiables. L'Angleterre est prévenue.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une