• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Thaïlande durcit le ton face au mouvement pro-démocratie

Jeudi 15 octobre 2020
La Thaïlande durcit le ton face au mouvement pro-démocratie
Des militants pro-démocratie manifestent à Bangkok, le 14 octobre 2020 en Thaïlande - Lillian SUWANRUMPHA (AFP)

Arrestations des leaders de la contestation, proscription des rassemblements de cinq personnes et plus, interdiction de messages contraires à la sécurité nationale: le gouvernement thaïlandais a durci le ton jeudi face au mouvement de contestation pro-démocratie qui défile depuis plusieurs mois et ose défier la puissante monarchie.

Les autorités ont promulgué un décret d'urgence qui interdit "les rassemblements de cinq personnes et plus" ainsi que "les messages en ligne qui pourraient nuire à la sécurité nationale" ou "engendrer la peur", a indiqué Sunsern Kaewkumnerd, l'un des porte-paroles du gouvernement thaïlandais.

Le gouvernement a justifié la promulgation du texte en dénonçant des manifestations "contraires à la Constitution" et l'obstruction d'un cortège royal par des contestataires mercredi, en marge d'un rassemblement qui a réuni plusieurs milliers de personnes devant la Maison du gouvernement à Bangkok, pour réclamer la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha.

Peu de temps après l'entrée en vigueur du décret d'urgence, jeudi à 4 heures du matin (21h00 GMT), la police anti-émeutes a fait évacuer des manifestants qui campaient encore devant le site.

La plupart des contestataires avaient déjà quitté les lieux, mais plus de 20 personnes ont été arrêtées, a annoncé à l'AFP le porte-parole adjoint de la police, le colonel Kissana Phathanacharoen.

Parmi elles, Parit Chivarak dit "Penguin" et Anon Numpa, deux des leaders du mouvement, parmi les plus virulents à l'encontre de la monarchie, a précisé une source gouvernementale.

Anon Numpa a indiqué sur Facebook avoir été transporté par hélicoptère vers Chiang Mai (nord). Mon arrestation "est une violation de mes droits et la situation est très dangereuse pour moi", a-t-il écrit.

D'autres têtes d'affiche de la contestation, dont Panusaya Sithijirawattanakul, dit "Rung", partisane elle aussi d'une ligne dure, ont été interpellées, d'après des images diffusées en ligne par des activistes.

- Appel à une nouvelle manifestation -

Bravant l'interdiction de rassemblement, "Rung", étudiante de 22 ans, a appelé avant son interpellation à une nouvelle manifestation jeudi à 16h00 (09h00 GMT) dans le centre de Bangkok.

"Nous ne les autoriserons pas à se rassembler, ce serait une violation du décret d'urgence", a averti Yingyos Thepjumnong, porte-parole de la police.

Des militaires ont été déployés autour de plusieurs bâtiments gouvernementaux, a déclaré de son côté l'un des portes-parole de l'armée, le lieutenant général Santipong Thampiya.

Le mouvement pro-démocratie demande le départ de Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis un coup d'Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées l'année dernière.

Il réclame aussi une modification de la Constitution, mise en place en 2017 sous la junte et très favorable à l'armée.

Certains militants vont plus loin, exigeant une réforme de la puissante et richissime monarchie, un sujet tabou il y a encore peu dans le royaume, où le souverain est protégé par une des plus sévères lois de lèse-majesté au monde.

- défi inédit à la royauté -

Mercredi, une voiture avec à son bord la reine Suthida, qui ne pouvait éviter le parcours de la manifestation, a été arrêtée quelques instants et des dizaines de manifestants pro-démocratie ont levé trois doigts devant son véhicule.

La veille, d'autres activistes avaient fait au passage du roi Maha Vajiralongkorn ce même salut, inspiré par le film "Hunger Games", des gestes inédits de défi à l'autorité royale.

Maha Vajiralongkorn, monté sur le trône en 2016 au décès de son père, le vénéré roi Bhumibol, est une personnalité controversée.

En quelques années, il a renforcé ses pouvoirs en prenant notamment directement le contrôle de la fortune royale. Ses fréquents séjours en Europe, même en pleine pandémie de coronavirus, ont aussi soulevé des interrogations.

Mercredi, plus de 10.000 manifestants pro-démocratie ont marché vers la Maison du gouvernement pour marquer le 47e anniversaire du soulèvement étudiant de 1973.

Plusieurs centaines de partisans pro-royalistes venus saluer le cortège royal s'étaient massés le long du parcours, ravivant les craintes de troubles dans un pays habitué des violences politiques et qui a connu 19 coups d'Etat ou tentatives depuis l'établissement de la monarchie constitutionnelle en 1932.

Malgré de brèves échauffourées, les deux camps ont toutefois maintenu leurs distances.

"De nouvelles confrontations entre les partisans pro-royalistes et le mouvement anti-establishement sont à prévoir", avertit toutefois Thitinan Pongsudhirak, politologue de l'université Chulalongkorn. Le soudain tour de vis des autorités risque "d'accentuer les griefs de la jeunesse", qui défile dans les rues depuis cet été, et du coup les tensions.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
4 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos