• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Norvège aux urnes dans un scrutin dominé par son avenir pétrolier

Lundi 13 septembre 2021
La Norvège aux urnes dans un scrutin dominé par son avenir pétrolier
La Première ministre de centre droit Erna Solberg et le leader travailliste Jonas Gahr Store (g), lors d'un meeting avant les élections législatives, le 2 septembre 2021 à Trondheim, en Norvège - Gorm Kallestad (NTB/AFP/Archives)

Le portefeuille ou le climat? Un bloc "rouge-vert" devrait remporter les législatives organisées en Norvège lundi, une alternance qui pourrait influer sur les activités pétrolières du pays, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest.

Les premières projections basées sur le vote anticipé tomberont à 21H00 (19H00 GMT) à la fermeture des derniers bureaux.

Selon les sondages, une nette majorité se dessine pour déloger la coalition de centre droit d'Erna Solberg, victime d'une usure du pouvoir après huit ans à la tête du royaume nordique.

Le leader travailliste Jonas Gahr Støre, millionnaire de 61 ans qui a fait campagne contre les inégalités sociales, est bien placé pour lui succéder, mais les contours du prochain gouvernement et de son assise parlementaire restent en suspens.

Son parti et ses alliés privilégiés, le parti du Centre, qui défend principalement les intérêts du monde rural, et la Gauche socialiste, en pointe sur les questions environnementales, obtiendront-ils une majorité parlementaire à eux trois? Ou ce bloc rouge-vert devra-t-il obtenir l'appui de deux autres forces d'opposition, les écologistes de MDG et/ou les communistes de Rødt, ce qui compliquerait encore les tractations?

"J'espère que nous décrocherons une position après le scrutin d'aujourd'hui d'où nous pourrons faire pression sur le prochain gouvernement norvégien qui, on l'espère, sera conduit par Støre et mènera une bonne politique climatique et pétrolière", a dit la cheffe de MDG, Une Bastholm, après avoir voté lundi.

Selon une moyenne des sondages réalisés entre le 2 août et le 11 septembre, publiée dimanche par TV2, le trio privilégié par M. Støre pourrait remporter une majorité très étriquée de 85 sièges sur les 169 que compte le Storting, le Parlement monocaméral. Le bloc dit "bourgeois" (droite) récolterait 67 mandats, Rødt 9 et MDG 8.

- Ultimatum des Verts -

L'"alerte rouge pour l'humanité" lancée début août par les experts de l'ONU sur le climat (Giec) a placé la question du réchauffement au cœur de la campagne électorale et forcé le pays à une réflexion sur le sort des activités pétrolières qui l'ont rendu immensément riche.

Le rapport a galvanisé ceux qui, à gauche et, dans une moindre mesure, à droite, veulent en finir avec le pétrole.

MDG, le parti le plus en pointe, conditionne son soutien à l'arrêt immédiat de toute exploration pétrolière et réclame aussi la fin de l'exploitation en 2035.

Diplômé de Sciences Po Paris et ministre de Jens Stoltenberg entre 2005 et 2013, M. Støre a rejeté l'ultimatum.

Forces dominantes du pays, conservateurs et travaillistes prônent tous deux une sortie douce et progressive de l'économie pétrolière.

Le secteur représente 14% du Produit intérieur brut norvégien, plus de 40% des exportations et 160.000 emplois directs. L'or noir a aussi permis au royaume de 5,4 millions d'habitants d'amasser le plus gros fonds souverain au monde avec près de 12.000 milliards de couronnes d'actifs (1.166 milliards d'euros).

Selon nombre d'observateurs, un compromis dépendra du poids électoral des partis à la fibre écologiste et pourrait passer par la fermeture de certaines eaux à la prospection pétrolière, notamment dans l'Arctique.

- 'Bons résultats' -

"J'ai un bon sentiment", a dit M. Støre en votant dans une école d'Oslo dimanche, le scrutin ayant ouvert un jour plus tôt dans les grandes villes.

Un nombre record de plus de 1,6 million de Norvégiens, soit 42,3% du corps électoral, ont fait leur devoir civique par vote anticipé.

Juriste dans une compagnie d'assurance, Fredrik Wessel, 62 ans, dit souhaiter la préservation "des bonnes politiques économiques". "Et puis, bien sûr, je suis inquiet pour le climat, il faut qu'on envisage ce qui est possible pour contenir le changement climatique", a-t-il témoigné auprès de l'AFP.

"Ma principale préoccupation, ce sont les différences entre riches et pauvres qui ne cessent de croître en Norvège, même si ça reste mieux que dans beaucoup de pays", confiait quant à elle une retraitée de 76 ans.

Après huit ans de pouvoir, un record pour les conservateurs, et de multiples crises (migrants, chute du cours du baril, Covid-19...), Mme Solberg va vraisemblablement passer le relais.

La dirigeante de 60 ans a défendu jusqu'au bout ses "bons résultats".

"Le chômage baisse, l'emploi progresse (...) Nous devons préserver ces bonnes choses", a-t-elle déclaré lundi après avoir déposé son bulletin dans sa ville natale de Bergen (ouest).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
8 commentaires