• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La "capitale" du Nagorny Karabakh bombardée malgré le cessez-le-feu

Samedi 10 octobre 2020
La "capitale" du Nagorny Karabakh bombardée malgré le cessez-le-feu
Un homme fouille les ruines de sa maison, détruites par les frappes azerbaïdjanaises à Stepanakert, le 10 octobre 2020 - ARIS MESSINIS (AFP)

Stepanakert, la capitale régionale du Nagorny Karabakh sous contrôle des séparatistes arméniens, a été samedi soir la cible de bombardements, en dépit d'un cessez-le-feu négocié à Moscou, que l'Arménie et l'Azerbaïdjan se sont mutuellement accusés de violer.

Sept lourdes explosions ont été entendues vers 23H30 locales, faisant trembler le sol dans toute la ville. Immédiatement après cette salve, les sirènes d'alerte ont sonné pendant plusieurs minutes pour appeler les habitants à se réfugier dans les caves et abris.

Le silence est ensuite retombé sur la ville, plongée dans l'obscurité la plus complète.

Ces bombardements interviennent en dépit du cessez-le-feu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan entré théoriquement en vigueur à la mi-journée, et négocié sous les auspices de la Russie après deux semaines de combats intenses pour la région séparatiste du Nagorny Karabakh.

Les belligérants s'accusaient déjà samedi dans la journée d'avoir violé cette trêve sur les lignes de front, mais la situation était restée inhabituellement calme ce jour à Stepanakert, soumise à des bombardements réguliers depuis deux semaines, notamment des tirs de lourdes roquettes.

Les chefs de la diplomatie arménienne et azerbaïdjanaise ont convenu, sous médiation russe, d'un cessez-le-feu après des négociations de plus de dix heures terminées à l'aube samedi à Moscou. Ce cessez-le-feu doit permettre d'échanger des prisonniers de guerre et les corps de victimes.

"Les parties ont réaffirmé leur attachement à l'accord de cessez-le-feu", avait insisté dans la soirée Moscou dans un communiqué, ajoutant que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'était entretenu au téléphone avec ses deux homologues.

Le Nagorny Karabakh, un territoire majoritairement peuplé d'Arméniens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan après une guerre qui a fait 30.000 morts dans les années 1990. Bakou accuse depuis Erevan d'occuper son territoire, et les accès de violence sont réguliers.

Les combats qui opposent depuis le 27 septembre les troupes du Nagorny Karabakh, soutenues par Erevan, et les forces azerbaïdjanaises sont les plus meurtriers avec plus de 450 morts confirmés, dont une cinquantaine de civils, un bilan qui pourrait être en réalité bien plus lourd.

Immédiatement après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, le ministère arménien de la Défense avait cependant accusé les forces azerbaïdjanaises d'avoir "lancé une attaque à 12H05".

"L'Arménie viole de manière flagrante le cessez-le-feu", avait répliqué l'armée azerbaïdjanaise, accusant plus tard les forces arméniennes d'avoir lancé une offensive, repoussée.

- 'Ils nous haïssent'-

Stepanakert avait encore été bombardé samedi matin mais la situation était restée calme ensuite, hormis quelques explosions au loin. Peu croyaient néanmoins aux chances d'une trêve.

"On connaît les Azéris, on ne peut pas leur faire confiance. Ils peuvent retourner leur veste en un clin d’œil. Ce cessez-le-feu ne durera pas. C'est un stratagème pour gagner du temps", estimait Levon, un des rares taxis circulant dans la capitale séparatiste.

"J'ai vécu près de vingt ans en Azerbaïdjan, ces gens nous haïssent. Nous ne croyons pas à un cessez-le-feu, ils veulent juste gagner du temps", renchérissait Vladimir Barseghian, 64 ans, retraité et volontaire mobilisé dans un atelier d'uniformes.

Beaucoup en Azerbaïdjan se disaient même opposés à cette trêve. A Bakou, Sitara Mamedova, une étudiante de vingt ans, est "déçue": "Non au cessez-le-feu! L'ennemi doit quitter nos terres ou être exterminé sur nos terres".

A Barda, à 40 kilomètres du front, Mourat Assadov est d'accord: "Nous devons continuer la guerre et reprendre nos terres".

- "Temporaire" -

Selon un haut responsable azerbaïdjanais, le calme n'était que "temporaire": "c'est un cessez-le-feu humanitaire pour échanger les corps et les prisonniers, ce n'est pas un (véritable) cessez-le-feu", a-t-il indiqué, affirmant que Bakou n'avait "pas l'intention de reculer".

A l'annonce de la trêve, le ministre russe Sergueï Lavrov avait affirmé que les deux camps s'étaient engagés "à des négociations substantielles pour parvenir rapidement à un règlement pacifique" du conflit, avec la médiation des trois co-présidents (France, Russie, Etats-Unis) du groupe de Minsk de l'OSCE.

Ces négociations devront "reprendre sans préconditions", a insisté la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll.

Samedi, Vladimir Poutine s'est entretenu avec le président iranien Hassan Rouhani des efforts de médiation russes, selon le Kremlin.

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a lui salué le cessez-le-feu et s'est dit prêt à participer aux échanges de prisonniers et des corps.

Le cessez-le-feu est "un premier pas important mais ne remplacera pas une solution permanente", a de son côté indiqué la diplomatie turque, premier soutien de Bakou.

La crainte est de voir ce conflit s'internationaliser, Ankara encourageant Bakou à l'offensive et Moscou étant lié par un traité militaire à Erevan.

La Turquie est en outre accusée d'avoir envoyé des combattants pro-turcs de Syrie se battre aux côtés des Azerbaïdjanais, ce que Bakou nie.

bur-apo-tbm-hba/lpt/mm

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos