France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Israël: le président veut un gouvernement "stable" incluant les partis de Netanyahu et Gantz

Dimanche 22 septembre 2019
Israël: le président veut un gouvernement "stable" incluant les partis de Netanyahu et Gantz
Le président israélien Reuven Rivlin à l'ouverture de consultations avec les partis politiques, le 22 septembre 2019 à Jérusalem - MENAHEM KAHANA (AFP)

Le président israélien Reuven Rivlin a plaidé dimanche pour la formation d'un gouvernement "stable" incluant le Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu et le parti "Bleu-blanc" de Benny Gantz, arrivés en tête des législatives du 17 septembre.

"Je suis convaincu qu’il faut former un gouvernement stable avec les deux grands partis", a déclaré M. Rivlin, qui a commencé dimanche en début de soirée les consultations avec les partis politiques pour désigner celui qui sera chargé de former un gouvernement de coalition.

"C'est la volonté du peuple (...), personne ne veut de troisièmes élections", a ajouté le président.

En avril dernier, les législatives avaient donné lieu à un match nul entre MM. Netanyahu et Gantz, dont les partis avaient obtenu 35 sièges chacun sur les 120 de la Knesset, le Parlement israélien.

Le président Rivlin avait alors mandaté Benjamin Netanyahu, au pouvoir sans discontinuer depuis une décennie, pour former le gouvernement. Incapable d'arriver à mettre en place une coalition, ce dernier avait préféré dissoudre la Knesset et convoquer de nouvelles élections, le 17 septembre.

Ce scrutin a de nouveau abouti à une situation de blocage, aucun des deux favoris n'étant en mesure de parvenir aux 61 sièges de majorité.

Si les partis ne parviennent pas à un accord pour former un gouvernement, de nouvelles élections pourraient encore être convoquées.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
2 commentaires