France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Irlande du Nord: l'avortement et le mariage gay légalisés

Mardi 22 octobre 2019
Irlande du Nord: l'avortement et le mariage gay légalisés
Des militants pro-avortement posent devant le parlement nord-irlandais à Belfast, le 21 octobre 2019 - PAUL FAITH (AFP)

L'avortement a été libéralisé et le mariage homosexuel légalisé mardi en Irlande du Nord sur décision du Parlement de Westminster à Londres, où sont gérées les affaires courantes de la province britannique en raison de la paralysie de l'exécutif local.

Contrairement au reste du Royaume-Uni, où il est autorisé depuis 1967, l'avortement était jusqu'ici illégal en Irlande du Nord, sauf si la grossesse menaçait la vie de la mère. Le mariage entre personnes de même sexe, autorisé partout ailleurs dans le pays, y restait également interdit.

Dépourvue d'exécutif depuis janvier 2017 à la suite d'un scandale politico-financier, la province britannique d'Irlande du Nord a ses institutions politiques actuellement à l'arrêt.

Profitant de cette paralysie politique locale, les députés de Westminster ont voté des amendements en juillet pour étendre le droit à l'avortement et au mariage entre personnes du même sexe en Irlande du Nord si aucun gouvernement local n'était formé d'ici ce lundi.

Ces changements sont entrés en vigueur à minuit à Belfast (23H00 GMT).

Les premiers mariages de personnes de même sexe devraient "au plus tard" avoir lieu "la semaine de la Saint-Valentin 2020", selon le secrétaire d'Etat chargé de l'Irlande du Nord, Julian Smith.

"NOUS Y SOMMES, le jour où nous disons au revoir à des lois sur l'avortement oppressives qui ont contrôlé nos corps et nous ont refusé le droit d'avoir le choix", s'est félicité Grainne Teggart, chargé de campagne pour l'ONG Amnesty en Irlande du Nord, sur Twitter.

- Jour "très triste" -

Pour s'y opposer, des députés nord-irlandais sont revenus siéger lundi en début d'après-midi afin de débattre de la loi, une action surtout symbolique. Car concrètement, sans le soutien de plusieurs partis, un Premier ministre et un vice-Premier ministre ne peuvent pas être élus, et la loi adoptée à Londres n'a donc pu être bloquée lundi.

Parmi les parlementaires présents, des membres du principal parti unioniste et ultraconservateur DUP, opposé à tout assouplissement sur ces questions et mené par l'ancienne Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster.

"C'est un jour très triste", a-t-elle déclaré à la presse après la séance parlementaire. "Je sais que certaines personnes voudront faire la fête aujourd'hui et je leur dis: +Pensez à ceux d'entre nous qui sommes tristes aujourd'hui et qui estiment que c'est un affront à la dignité humaine et à la vie humaine+".

Des manifestants anti-avortement étaient présents aux abords de l'assemblée nord-irlandaise, certains tenant des pancartes proclamant "L'avortement? Pas en mon nom". Parmi les protestataires, Bernadette Smyth, directrice du groupe Precious Life Northern Ireland, a fustigé la décision prise à Londres, qu'elle juge "non démocratique et injuste".

La cheffe du parti républicain Sinn Fein en Irlande du Nord, Michelle O'Neill, a qualifié la tentative de blocage lundi de "coup politique".

Trevor Lunn, élu au parti centriste Alliance, a également accusé les députés retournant au Parlement de faire de l'"esbroufe", estimant qu'ils "ne le font que pour essayer de nier aux femmes et aux personnes LGBT les droits qui leur sont garantis dans le reste du Royaume-Uni".

Face aux manifestants anti-avortement, des manifestants "pro choice", favorables aux changements de loi, ont posé devant le Parlement devant de grandes lettres blanches formant le mot "Dépénalisé".

Pour Jane Peaker, chef cuisinière de 24 ans, c'est une "bonne chose que ça arrive, peut-être un peu moins que ça ne soit pas venu de notre gouvernement" mais de Londres, mais "c'est toute de même une victoire".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une