France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Infantino seul candidat à sa succession à la présidence de la Fifa

Mercredi 06 février 2019
Infantino seul candidat à sa succession à la présidence de la Fifa
Le président de la Fifa Gianni Infantino lors de la finale de la Coupe d'Asie entre le Japon et le Qatar, le 1er février 2019 à Abu Dhabi - Giuseppe CACACE (AFP/Archives)

L'Italo-Suisse Gianni Infantino, à la tête de la Fédération internationale de football (Fifa) depuis février 2016, est le seul candidat à la prochaine élection à la présidence de l'instance prévue en juin et est donc assuré d'un deuxième mandat de quatre ans, a-t-on appris mercredi auprès de la Fifa.

Agé de 48 ans, Infantino, élu au lendemain du pire scandale de corruption ayant touché la Fifa, a succédé en février 2016 à la tête de l'instance au Suisse Joseph Blatter, suspendu pour un paiement controversé de 2 M de francs suisses à Michel Platini, lui aussi suspendu.

L'élection à la présidence de la Fifa se déroulera le 5 juin prochain à Paris, à l'occasion d'un congrès qui précédera le Mondial féminin de football organisé en France.

L'ex-international suisse Ramon Vega, ancien joueur notamment de Tottenham, reconverti dans la finance, avait fait part de son intention de se présenter à l'élection mais il n'a pu recueillir le parrainage nécessaire de cinq des 211 fédérations membres de la Fifa.

L'une des premières mesures d'Infantino après son arrivée à la tête de l'instance basée à Zurich a été de faire passer de 32 à 48 le nombre d'équipes participant au Mondial et ce dès l'édition 2026 qui sera disputée aux Etats-Unis, au Canade et au Mexique. Il a émis l'idée que le Mondial compte 48 équipes dès l'édition 2022 au Qatar. Une décision doit être prise en mars prochain à la lumière ds conclusions d'une étude de faisabilité.

L'ancien bras droit de Platini à l'UEFA, mis en cause pour ses relations privilégiées avec un procureur de sa région d'origine, défend également le projet controversé d'une Coupe du monde des clubs élargie de 7 à 24 équipes et ce dès 2021.

Le président de l'UEFA, le Slovène Alexsander Ceferin, qui doit réélu jeudi à la tête de l'instance et qui est lui aussi l'unique candidat, est opposé à ce projet.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une