• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Djokovic s'entraîne à l'Open d'Australie, sa participation toujours en suspens

Mardi 11 janvier 2022
Djokovic s'entraîne à l'Open d'Australie, sa participation toujours en suspens
La police australienne libère le passage pour la voiture de Novak Djokovic, le 9 janvier 2022 à Melbourne - William WEST (AFP)

Novak Djokovic s'entraînait mardi sur le site de l'Open d'Australie, au lendemain de sa victoire judiciaire retentissante contre le gouvernement australien et de sa libération, alors que sa participation est toujours en suspens, le gouvernement australien pouvant encore annuler une nouvelle fois son visa.

Le N.1 mondial du tennis, qui rêve de remporter à Melbourne son 21e titre en Grand Chelem, a été vu s'échauffant dans une salle de gym avant d'entrer dans la zone réservée aux joueurs et de se diriger vers le court central, six jours avant le début de la compétition.

"Je suis venu ici pour disputer l'un des plus tournois les plus importants devant des spectateurs incroyables", avait déclaré l'as serbe de 34 ans, non vacciné, sur Instagram lundi en fin de journée, sous une photo de lui et de son équipe debout sur le court central de l'Open d'Australie.

Mais à une semaine du début de l'Open d'Australie (17-30 janvier), Christopher Tran, un avocat du gouvernement, a prévenu que Canberra pouvait encore décider d'expulser le joueur, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire pendant trois ans.

- "Pouvoir personnel" -

Le gouvernement australien a déclaré lundi soir qu'il réfléchissait aux mesures à prendre.

"Le ministre de l'Immigration, M. Hawke, a toujours la possibilité d'envisager l'annulation du visa de M. Djokovic en vertu de son pouvoir personnel", a déclaré son bureau dans une déclaration aux médias.

"Le ministre étudie actuellement la question et le processus reste en cours", a-t-il ajouté.

La décision du juge Anthony Kelly constitue toutefois un revers cuisant pour l'Australie, qui a imposé de strictes restrictions aux frontières pour lutter contre la pandémie depuis deux ans.

Le jugement prévoit en outre que les frais de justice engagés par le joueur de 34 ans --qui assure avoir contracté le Covid en décembre pour justifier sa demande d'exemption médicale-- devront lui être remboursés et seront aux frais du contribuable australien.

Djokovic, neuf fois champion de l'Open d'Australie, a atterri dans le pays le 5 janvier, muni d'une exemption médicale de vaccination justifiée par un test positif au Covid-19 le 16 décembre de l'année dernière.

"Je ne suis pas vacciné", avait déclaré Djokovic au fonctionnaire des frontières, selon une transcription publiée par le tribunal. Il s'était dit déconcerté par le fait que son exemption médicale, approuvée par deux comités médicaux en Australie, n'était pas acceptée.

Après un interrogatoire de nuit à l'aéroport de Melbourne, les agents du contrôle aux frontières ont décidé que l'exemption médicale n'était pas valable, ont annulé son visa et l'ont transféré dans un centre de rétention en attendant son expulsion.

Le gouvernement australien insiste sur le fait qu'une récente infection ne compte comme une exemption que pour les résidents, et non pour les ressortissants étrangers qui tentent d'entrer dans le pays.

Selon les conclusions du tribunal, le joueur n'a pas eu la possibilité d'opposer ses arguments avant que son visa ne soit invalidé par les autorités.

Au lendemain matin de son arrivée, Djokovic a été informé du fait qu'il avait jusqu'à 08h30 pour répondre à la possible annulation de son visa. Mais à 07h42, le douanier l'avait déjà annulé.

Pour le juge, si les autorités lui avaient laissé le temps, Djokovic "aurait pu consulter d'autres personnes et présenter des arguments pour expliquer pourquoi son visa ne devrait pas être annulé".

- "Plus grande victoire" -

A Belgrade, sa famille s'est pour sa part félicité de la décision, estimant que justice avait été rendue.

"Pour moi, c'est la plus grande victoire de sa carrière, plus grande que tous ses Grands Chelems", a même commenté sa mère Dijana.

Le joueur a diffusé sur ses réseaux sociaux une photo où il apparaît raquette en main sur un court de Melbourne avec une partie de son équipe, dont son entraîneur Goran Ivanisevic.

L'ATP, qui gère le circuit de tennis masculin, a déclaré que l'affaire qui a conduit au procès avait été "préjudiciable sur tous les fronts, y compris pour le bien-être de Novak et sa préparation à l'Open d'Australie".

L'instance dirigeante du tennis a déclaré qu'elle respectait les "sacrifices" des Australiens, qui ont enduré des restrictions de voyage et des blocages pendant deux ans" mais a ajouté qu'il était clair qu'en se rendant à Melbourne, le joueur "pensait avoir obtenu une exemption médicale nécessaire".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
2 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos