France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Crash aérien à Téhéran: Trump fait part de ses "doutes"

Jeudi 09 janvier 2020
Crash aérien à Téhéran: Trump fait part de ses "doutes"
Le président américain Donald Trump s'expirme depuis la Maison Blanche le 9 janvier 2020 - Nicholas Kamm (AFP)

Le président des Etats-Unis Donald Trump a fait part jeudi de ses "doutes" sur les raisons du crash d'un Boeing en Iran alors que, selon plusieurs médias, des responsables américains ont la conviction que l'avion a été abattu par erreur.

"J'ai mes doutes", a déclaré M. Trump, interrogé sur les raisons du crash de cet avion de ligne ukrainien mercredi près de Téhéran qui a fait 176 morts.

"J'ai le sentiment que quelque chose de terrible s'est passé", a-t-il ajouté lors d'un échange avec les journalistes à la Maison Blanche.

La catastrophe est survenue peu après des tirs de missiles par Téhéran sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak.

Les autorités iraniennes ont affirmé jeudi que les "rumeurs" selon lesquelles l'avion aurait été abattu par un missile n'avaient "aucun sens".

Le Boeing de Ukraine International Airlines (UIA) a décollé mercredi matin de Téhéran en direction de Kiev avant de s'écraser deux minutes après, tuant les 176 personnes à bord, principalement des Iraniens et des Canadiens.

Une cinquantaine d'experts ukrainiens sont arrivés jeudi à Téhéran jeudi pour participer à l'enquête et notamment au décryptage des boîtes noires du Boeing.

"A un moment ou à un autre, ils remettront les boites noires, idéalement à Boeing, mais s'ils les donnent à la France ou un autre pays, cela irait aussi", a affirmé Donald Trump.

Rien n'oblige formellement l'Iran à faire analyser ce matériel aux Etats-Unis, mais tout pays n'en ayant pas les moyens techniques peut confier la tâche à un des rares en capacité de le faire (Etats-Unis, Allemagne et France, notamment).

Kiev examine différentes hypothèses parmi lesquelles un tir de missile antiaérien, l'explosion d'une bombe placée à bord, ou encore une collision avec un drone.