• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Brésil : pour Bolsonaro, le processus électoral est « une farce »

AFP Jeudi 9 Septembre 2021 - 10h00
Brésil : pour Bolsonaro, le processus électoral est « une farce »
Le président brésilien Jair Bolsonaro (C) salue lors d'un défilé de véhicules militaires devant le palais du Planalto à Brasilia, le 10 août 2021 - EVARISTO SA (AFP)

Devant quelques centaines de milliers de partisans, le président brésilien a déclaré qu’il ne pouvait pas « participer à une farce ».

 Nouvelle polémique pour Jair Bolsonaro. Le président brésilien fait une nouvelle fois parler de lui, en jetant le doute sur les élections au Brésil. Il a déclaré devant quelques centaines de milliers de partisans réunis pour une grande journée de mobilisation à São Paulo qu’il ne pouvait pas « participer à une farce ». Le président d’extrême droite, auquel tous les sondages prédisent une défaite au scrutin d’octobre 2022 contre l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, a de nouveau appelé à une modification du système actuel de vote électronique, alléguant qu’il entraînait des fraudes. « Nous voulons des élections propres, démocratiques, avec un comptage public des bulletins », a déclaré le chef de l’État. « Je ne peux pas participer à une farce telle que celle promue par le président du Tribunal supérieur électoral. »
« Dites aux voyous que jamais je ne serai fait prisonnier »

Jair Bolsonaro assure sans preuve que le vote électronique, en vigueur au Brésil depuis 1996, est entaché de fraudes et qu’il aurait dû être élu dès le premier tour en 2018. Il exige que chaque vote électronique soit validé avec un reçu imprimé afin de permettre un recomptage des voix en cas de contestation.
Un système qui, selon les spécialistes, favorise précisément les fraudes.

Ces déclarations interviennent dans le cadre d’une journée où Jair Bolsonaro a tenté de mobiliser des foules de sympathisants dans les grandes villes du Brésil afin d’obtenir un soutien dans le bras de fer qu’il livre à la Cour suprême. Celle-ci a ouvert diverses enquêtes contre lui, notamment pour diffusion de fausses informations. « Dites aux voyous que jamais je ne serai fait prisonnier », a-t-il lancé en forme de défi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 10.09.2021
n'enpeche

que lui et Trump, ils ont étaient les presidents les plus "REALISTE" sur la pandemie. Y n'ont jamais negligez les "REMEDE"!!

Répondre Signaler au modérateur
g6d 09.09.2021

Nos Komités ont la même vision de la démocratie. N'arrivant pas à se faire élire, ils tentent d'imposer leurs idées en criant très fort. Ainsi ils tentent de récupérer le mouvement de 2017 dont l'objet était l'insécurité pour demander un changement de statut. Depuis combien de temps, Trop violans ne s'occupe plus d'insécurité, mais de tout autre sujets sur lesquels ils ont des avis péremptoires à faire valoir

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
2 commentaires
2 commentaires