France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Biathlon: Fourcade à la croisée des chemins

Vendredi 10 janvier 2020
Biathlon: Fourcade à la croisée des chemins
Martin Fourcade lors d'un entraînement au Grand Bornand, le 18 décembre 2019 - JEAN-PIERRE CLATOT (AFP/Archives)

La deuxième partie de la Coupe du monde de biathlon, qui démarre vendredi avec le sprint d'Oberhof, sera cruciale pour l'avenir de Martin Fourcade et orientera forcément sa réflexion quant à la poursuite ou non de son immense carrière.

Reparti pour un cycle de deux ans après les JO de Pyeongchang en 2018, le quintuple champion olympique avait à l'époque annoncé la couleur: il ferait le point sur son futur à l'issue de la saison 2019-2020. Alors que le Français (31 ans) peine toujours à retrouver sa grande forme après une nette baisse de régime l'année dernière, ses résultats dans les prochaines semaines et sa capacité à jouer de nouveau les premiers rôles auront donc des incidences majeures sur son choix.

Sans être ridicule, son début de saison mitigé a de quoi alimenter le mystère (1 victoire, 4e au classement général) même s'il assure ne pas vouloir penser au sujet avant l'ultime étape de la Coupe du monde à Oslo (du 20 au 22 mars), prenant pour le moment soin "d'emmagasiner le positif et de noter le négatif" pour nourrir sa pensée.

Son passage au Grand-Bornand fin décembre juste avant la pause des fêtes de fin d'année n'a pas spécialement rassuré pour la suite (12e du sprint, 7e de la poursuite, 5e de la mass start) avec des erreurs inhabituelles au tir mais il s'était jugé "capable de gagner, ce qui n'était pas le cas l'an dernier", début de sa spectaculaire dégringolade après sept ans de règne sans partage.

Fourcade s'était toutefois fait voler la vedette dans le clan tricolore par Quentin Fillon-Maillet, auteur de deux podiums en Haute-Savoie et désormais 3e dans la course au gros globe de cristal. Tout sauf anodin pour celui qui portait jusque-là à bout de bras la discipline en France.

Le suspense reste donc entier et bien avant cette échéance de fin de saison tant attendue, il y a le triptyque de janvier (Oberhof, Ruhpolding, Pokljuka) à bien négocier, prélude à des Championnats du monde (13 au 23 février à Anterselva) qui entreront aussi dans la balance au moment de sa prise de décision.

- "Investi et motivé" -

En attendant, Fourcade a profité de la mini-trêve pour "se ressourcer en famille et bien travailler" à la Feclaz (Savoie), selon l'entraîneur des Bleus Vincent Vittoz, interrogé par l'AFP.

"Je le trouve toujours investi, motivé, a ajouté le technicien. Il a fait un choix affirmé sur un site bien enneigé avec un pas de tir qui lui offre de belles conditions d'entraînement. Il est toujours très concentré et fait des choix affirmés pour réussir et je le trouve dans de bonnes dispositions pour aborder le mois de janvier".

Mais même l'ex-champion du monde de ski de fond explique ne pas connaitre les intentions de Fourcade concernant son avenir.

"Quelles réponses il donnera au printemps, je n'en ai aucune idée, a-t-il déclaré. Mais il ne doit pas se focaliser là-dessus, il doit s'en détacher et rester dans le concret."

L'absence pour une durée encore floue de l'épouvantail norvégien Johannes Boe, tenant et intouchable leader de la Coupe du monde, pour cause de paternité, pourrait rendre les premières courses de l'année plus ouvertes et offrir à Fourcade une occasion en or pour se relancer.