• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Australie: 91% de la Grande Barrière de corail a subi un "blanchissement"

Mercredi 11 mai 2022
Australie: 91% de la Grande Barrière de corail a subi un "blanchissement"
Un plongeur dans la Grande Barrière de corail en Australie, le 7 mars 2022 - Glenn NICHOLLS (AFP)

Environ 91% de la Grande Barrière de corail d'Australie a subi un "blanchissement" en raison d'une vague de chaleur prolongée lors de l'été austral, selon un nouveau rapport gouvernemental publié mardi soir.

Sur les 719 récifs étudiés, 654, soit 91%, présentent un certain niveau de blanchissement des coraux.

C'est la première fois que le plus grand récif corallien du monde est touché par un tel blanchissement au cours du phénomène climatique La Niña, habituellement caractérisé par une température anormalement basse des eaux.

"Le changement climatique s'intensifie et le récif en subit déjà les conséquences", met en garde le rapport de surveillance, qui souligne qu'il s'agit de la quatrième vague de "blanchissement" à frapper le récif depuis 2016.

Entre septembre 2021 et mars 2022, l'autorité maritime de la Grande Barrière de corail, qui a publié cette étude, a procédé à des relevés exhaustifs sur ce récif inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Elle a établi que les eaux ont commencé à se réchauffer fin décembre et que les trois principales régions où se situe la barrière ont été frappées par ce phénomène, qui se traduit par une décoloration en raison de l'expulsion des algues donnant au corail sa couleur vive.

Les coraux blanchis restent vivants et peuvent se rétablir si les conditions s'améliorent mais "les coraux fortement blanchis présentent des taux de mortalité plus élevés", indique ce rapport, dont une première version avait été publié en mars.

- "Objectifs insuffisants" -

Ce rapport a été publié dix jours avant les élections fédérales australiennes du 21 mai, lors desquelles la politique gouvernementale en matière de changement climatique sera au coeur des enjeux.

Le Premier ministre Scott Morrison s'en tient à son objectif de neutralité carbone en 2030 malgré les appels à plus d'ambition, et s'est engagé à exporter du charbon tant que la demande existait.

Dans l'opposition, le Parti travailliste ne parle pas non plus d'une sortie du charbon.

"Même s'il est de plus en plus fréquent, le blanchissement n'est pas normal et nous ne devons pas l'accepter comme un état de fait", a prévenu Lissa Schindler, militante à l'Australian Marine Conservation Society.

"Les deux principaux partis doivent se rendre à l'évidence: leurs objectifs climatiques ne sont pas suffisants pour le récif".

Un mouvement favorable à une politique plus volontariste sur le climat, Climat 200, financé par le philanthrope Simon Holmes à Court, présente une vingtaine de candidats.

Certains d'entre-eux pourraient menacer des députés conservateurs sortants, comme le ministre des Finances Josh Frydenberg.

En juin, l'Unesco doit décider d'une éventuelle inscription de la Grande Barrière de corail sur la liste des sites "en péril".

L'Australie a lancé un plan de protection "Reef 2050" doté de milliards de dollars après que les Nations unies ont menacé en 2015 de déclasser le site.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire