France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Allemagne: protestation israélienne après des insultes antisémites

Dimanche 10 mars 2019
Allemagne: protestation israélienne après des insultes antisémites
Le milieu de terrain israélien du FC Ingolstadt, Almog Cohen, à terre, lors d'un match en 2e division allemande, le 8 mars 2019 à Berlin - Andreas Gora (dpa/AFP)

L'Etat hébreu a exprimé dimanche son indignation après des insultes visant un joueur israélien en Allemagne lors d'un match de football, relançant le débat autour de la recrudescence de l'antisémitisme dans le pays et en Europe.

"Nous sommes choqués par le tweet antisémite visant Almog Cohen et attendons des autorités allemandes qu'elles agissent avec fermeté contre son auteur", a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

Les faits se sont déroulés vendredi soir en marge d'une rencontre à Berlin du championnat allemand de 2ème division entre un club local, Union Berlin, et celui d'Ingolstadt, dont le capitaine, Almog Cohen, est un joueur israélien de 30 ans.

Ce dernier a été expulsé de la rencontre en deuxième mi-temps. Dans la foulée, un internaute se présentant comme un supporteur du club berlinois a posté sur Twitter un message antisémite haineux, appelant entre autres insanités le joueur à "partir en chambre à gaz".

Suite à une plainte pour "incitation à la haine" déposée par Union Berlin, la police berlinoise a décidé d'ouvrir dimanche une enquête pour tenter de retracer l'origine du tweet.

- 'Alarmant' -

L'un des responsables du Comité international Auschwitz, Christoph Heubner, a parlé d'un incident "alarmant" car en aucun cas unique en son genre, dans un contexte de recrudescence de l'antisémitisme en Europe notamment.

Le club Union Berlin, bien placé pour accéder à la première division du championnat d'Allemagne la saison prochaine et qui a été souvent confronté dans le passé à des incidents racistes avec une partie de ses supporters, a aussi condamné les insultes antisémites "répugnantes".

"J'ai honte de ce type de supporteurs d'Union Berlin, nous allons tout faire pour les isoler et intenter des poursuites à leur encontre", a indiqué le président du club Dirk Zingler, dans un communiqué.

Le joueur israélien a, lui, répondu aux insultes sur son compte Twitter en soulignant être "fier d'être juif" et des valeurs qui lui ont été transmises.

L'affaire préoccupe aussi la Fédération allemande de football. Son vice-président Rainer Koch a dénoncé un "tweet ignoble" et demandé que tout soit fait pour en retracer l'origine.

Les autorités du football en Allemagne doivent régulièrement gérer les débordements de mouvements de supporteurs ultras, proches de l'extrême droite.

Cette dernière a été à l'origine de diverses manifestations à la fin de l'année dernière pour protester contre les migrants, notamment à Chemnitz, en marge desquelles des agressions antisémites ont aussi été signalées.

A Chemnitz justement, une polémique a éclaté dimanche au sujet du club de football local. Le Chemnitzer FC a autorisé lors d'un match de championnat régional qu'un hommage soit rendu dans le stade à un ancien responsable de la sécurité du club récemment décédé et connu pour ses sympathies avec les néonazis et les hooligans.

Il avait créé dans les années 1990 une organisation baptisée "HooNaRa" pour "Hooligans-Nazis-Racistes". Lors de l'hommage, un drapeau avec une croix noire a été déroulé, selon la chaîne locale MDR.

- Hausse des violences -

De manière générale, les actes antisémites en Allemagne ont augmenté l'an dernier de 10% par rapport à l'année précédente, et les seules agressions physiques ont doublé avec 62 cas rapportés contre 37 en 2017, selon les chiffres du gouvernement.

Une évolution qualifiée d'"effroyable" par le président de la communauté juive, Josef Schuster.

La plupart des agressions ont été commises par des sympathisants de l'extrême droite, même si le gouvernement s'inquiète aussi d'une montée de l'antisémitisme issue de certains migrants venant de pays arabes.

Dimanche, le chef de l'Etat allemand Frank-Walter Steinmeier a fait part de sa "grande préoccupation" face à la propagation de l'antisémitisme dans son pays, pourtant à l'origine de l'extermination des Juifs d'Europe durant les années 1940.

"Cela me remplit de honte et de douleur", a-t-il dit, en estimant que l'antisémitisme redevenait "présentable" dans la société allemande y compris en dehors des milieux radicaux habituels.

Le gouvernement d'Angela Merkel a récemment nommé un responsable gouvernemental pour coordonner la lutte contre l'antisémitisme.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire