France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Algérie: un millier d'enseignants et d'élèves manifestent à Alger

Mercredi 13 mars 2019
Algérie: un millier d'enseignants et d'élèves manifestent à Alger
Des enseignantes manifestent dans le centre d'Alger, le 13 mars 2019 - RYAD KRAMDI (AFP)

Un millier d'enseignants et d'élèves manifestent ensemble mercredi dans le centre-ville d'Alger contre le prolongement sine die du 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika et pour "un meilleur avenir", a constaté un journaliste de l'AFP.

Les enseignants ont commencé à manifester dans le centre de la capitale algérienne dans la matinée avant d'être progressivement rejoints par de nombreux élèves, privés de cours, a expliqué un enseignant à l'AFP.

"Nous nous sommes retrouvés ensemble par hasard", enseignants et lycéens, explique avec le sourire Driss, la quarantaine, professeur dans un lycée d'Alger, après un selfie avec certains de ses élèves.

"C'est important pour nous les profs d'être mobilisés" contre l'extension du mandat du chef de l'Etat, "il s'agit de l'avenir de nos enfants", a-t-il expliqué à l'AFP.

Parmi les élèves figurent de nombreux lycéens, mais aussi des élèves en âge d'être collégiens. Les établissements secondaires tournent au ralenti depuis quatre jours en Algérie.

"Non au prolongement du 4e mandat" ou "un meilleur avenir pour nos enfants", proclament des pancartes brandies par des enseignants.

"Les temps ont changé, nous sommes le pouvoir, vous êtes le désespoir. Dégagez!", peut-on lire sur une autre tenue par une élève.

La contestation ne faiblit pas depuis que M. Bouteflika a annoncé lundi soir renoncer à briguer un 5e mandat et reporter la présidentielle prévue le 18 avril, en prolongeant de fait sine die son mandat actuel jusqu'à une présidentielle devant être organisée à l'issue d'une Conférence nationale, dans des délais inconnus.

En annonçant sa candidature à la présidentielle, le président Bouteflika a déclenché, une contestation inédite depuis son élection à la tête de l'Etat il y a 20 ans et ininterrompue depuis bientôt trois semaines.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire