France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Une L1 plus serrée que jamais, Saint-Etienne, Bordeaux et Nice en profitent

Dimanche 03 novembre 2019
Une L1 plus serrée que jamais, Saint-Etienne, Bordeaux et Nice en profitent
L'attaquant de Bordeaux François Kamano (d) marque contre Nantes devant son coéquipier Jimmy Briand, le 3 novembre 2019 à Bordeaux - THIBAUD MORITZ (MORITZ/AFP)

Embouteillage à tous les étages de la Ligue 1: après 12 journées, neuf points seulement séparent le deuxième, Angers, du dernier, Nîmes, qui compte un match en retard. Et grâce à leurs victoires dimanche, Bordeaux (6e), Saint-Etienne (8e) et Nice (13e) sont tous trois à quatre points ou moins du podium !

Seul le Paris Saint-Germain, malgré sa défaite vendredi à Dijon (2-1), a de la marge en tête avec sept points d'avance. Derrière, la meute se resserre, à l'image de Marseille, qui, en une seule victoire devant Lille samedi (2-1), est déjà à hauteur de Nantes, troisième malgré trois défaites de suite...

. Puel a bien réagi

La saison de Ligue 1, derrière Paris, est improbable, et peu d'équipes parviennent à maintenir de la régularité. Le constat est d'ailleurs valable au sein même d'un match, n'est-ce pas Saint-Etienne ?

Invaincus depuis le début du mois d'octobre, les hommes de Claude Puel ont déçu en première mi-temps contre Monaco dimanche, avant de se rendre compte que "dès (qu'ils) faisaient deux-trois passes, (ils) pouvaient arriver au but", comme a pesté le coach à la mi-temps. "Un manque de confiance" bien corrigé par Denis Bouanga, buteur (59e).

Dix points en quatre matches, le compte est prometteur pour les Verts, qui sortent tout de même heureux après avoir vu un carton rouge adressé à leur défenseur Wesley Fofana être finalement annulé pour un hors-jeu d'un demi-cheveu en seconde période.

Monaco, lui, n'avait plus joué un match sans marquer depuis le 21 septembre... Mais comme rien n'étonne dans ce championnat actuellement, ils ont buté sur un mur. Ce qui ne les empêche pas, même à la 15e place du classement, d'être à seulement quatre points du podium.

. Nice et Vieira soufflent

"La gagne ou la castagne". La banderole déployée par certains supporters niçois était assez claire, en début de rencontre dimanche après-midi, alors que Nice restait sur quatre défaites de rang.

Quelques heures plus tôt, le président Jean-Pierre Rivère avait lui épinglé les joueurs en lançant sur Téléfoot que "notre force l'an dernier, l'état d'esprit, a disparu" et en pointant le manque "d'implication".

L'implication n'a pas toujours été au rendez-vous dimanche mais le résultat est là. Pour le plus grand soulagement de Patrick Vieira, même si celui-ci a été conforté par son président dans la matinée.

Les Niçois ont profité de l'exclusion précoce de Moussa Doumbia pour contestation (26e), pour inscrire rapidement deux buts... avant de faire tourner.

"C'est une victoire qui fait beaucoup de bien et va nous donner de la confiance", a réagi Vieira.

. Nantes stagne, Bordeaux se rapproche

Les supporters ultras girondins ont lancé la rencontre par un craquage massif de fumigènes et une ribambelle de chants à l'encontre de leur direction.

Ils l'ont terminée par des chants à la gloire de leur équipe, très solide sur sa pelouse pour revenir à un point du podium.

Le héros du soir est Coréen, il s'appelle Hwang Ui-jo: l'attaquant a d'abord été auteur d'une magnifique passe de l'extérieur du pied pour le but de François Kamano, avant d'inscrire son propre but d'une frappe lointaine poteau rentrant.

Malgré son succès fleuve (8-0) en milieu de semaine en Coupe de la Ligue contre le Paris FC, Nantes marque le pas avec cette troisième défaite de suite en championnat: sa troisième place n'est qu'un leurre après trois défaites de suite. En effet, avec 19 points, les hommes de Christian Gourcuff ne sont que quatre points devant la 15e place, et sept devant la zone rouge.

Le mot d'ordre était donc logiquement opposé en conférence de presse: "immaturité" soulignée par Gourcuff, "maturité" avancée par Paulo Sousa, le coach girondin. Mais au vu de la dynamique actuelle du championnat, tout cela pourrait s'inverser très, très vite.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
7 commentaires