France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

"Suspicions de fuites", coquilles dans les énoncés: couacs à l'épreuve de maths du Bac

Vendredi 21 juin 2019
"Suspicions de fuites", coquilles dans les énoncés: couacs à l'épreuve de maths du Bac
Jean-Marc Huart, directeur de l'enseignement scolaire, le 24 janvier 2018 à Paris - JACQUES DEMARTHON (AFP/Archives)

Le ministère de l'Education nationale a saisi la justice vendredi pour des "suspicions de fuites" de sujets de mathématiques au bac, qui ont aussi connu des coquilles dans les énoncés, mais il n'envisage pas "à ce stade" d'annuler l'épreuve, estimant que la fraude potentielle est "extrêmement limitée".

"Comme toujours dans ces cas-là, nous avons déposé une plainte cet après-midi (...) Une enquête de police va s'ouvrir parallèlement à une enquête administrative", a indiqué Jean-Marc Huart, le numéro 2 du ministère, lors d'une conférence de presse convoquée en urgence.

Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "fraude aux examens, abus de confiance et recel" de ce délit. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, a-t-on appris de source policière.

Seules les séries L et ES sont concernées, dans une "zone géographique extrêmement limitée", a expliqué M. Huart: "Trois à quatre établissements en Ile-de-France", dans lesquels quelques candidats auraient reçu par messagerie privée Whatsapp ou par SMS, "et non pas par des réseaux sociaux, les sujets en amont des épreuves".

"Compte-tenu du caractère extrêmement limité de cette fuite", le ministère a choisi de ne pas "reconvoquer les 354.000 candidats".

En fin d'après-midi, Arthur, 17 ans, qui a passé l'épreuve de mathématiques du bac ES au lycée parisien Saint-Thomas-d'Aquin s'est présenté directement au ministère de l'Education pour se renseigner.

"En sortant de l'épreuve, on était très content que ça soit fini, et puis j'ai vu ces suspicions de fraude sur internet. Au lieu de m'angoisser pour rien, j'ai pensé que c'était une meilleure idée de passer au ministère, comme c'est à côté", a-t-il déclaré, inquiet des suites de l'affaire.

Si des coupables sont identifiés, "il y a tout un processus de sanctions, de commissions disciplinaires", a expliqué Jean-Marc Huart, assurant que le ministère serait "extrêmement vigilant sur les centres qui ont été identifiés".

- Deuxième couac -

Un précédent avait eu lieu en 2011: "un exercice complet de l'épreuve de mathématiques de la série scientifique avait été divulgué. A ce moment-là nous avions neutralisé l'exercice" et "une plainte avait été déposée", a rappelé le numéro 2 du ministère.

Autre couac de la journée: dans la matinée, le ministère expliquait que des coquilles s'étaient glissées dans l'énoncé de l'épreuve de mathématiques passée par les candidats au bac scientifique et dans celui de l'épreuve des séries économique et social (ES) et littéraire (L).

Un des exercices, réservé aux candidats ES qui avaient pris la spécialité maths, demandait ainsi de donner "une matrice d'adjacence" alors qu'il fallait donner une "matrice de transition".

Dans la partie commune à tous les candidats ES et L, un exercice demandait de se référer à l'annexe 1 alors qu'il fallait se référer à l'annexe 2.

Enfin, dans le sujet de mathématiques de la série scientifique (S), il était écrit que les "quatre questions de l'exercice sont indépendantes" alors que cet exercice comportait en réalité cinq questions.

Ces erreurs "porte(nt) sur une partie extrêmement minime de chacun des deux sujets", a assuré M. Huart. Pour les séries ES et L, les coquilles portent sur 0,2 points sur 20, alors que pour les séries S, cela représente 0,25 points sur 20, a-t-il précisé.

Des correctifs ont été envoyés aux 4.635 centres d'examens qui les ont "transmis aux élèves le plus rapidement possible". "Nous avons parallèlement transmis des consignes aux correcteurs de manière que les élèves ne soient absolument pas lésés", a assuré la rue de Grenelle.

"Les élèves ne seront en aucun cas pénalisés par ces difficultés qui malheureusement arrivent", a insisté le ministère.

Les épreuves du bac se sont ouvertes lundi avec la philo et se terminent le 24 juin pour les filières scientifiques (S) et littéraires (L), et ce vendredi pour la filière économique et sociale (ES). Les résultats seront connus le 5 juillet.

meh-mig-kp-mch-ito/blb/or

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
2 commentaires