• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Pour lutter contre l'insécurité, Castex annonce à Nice des mesures de "proximité"

AFP Samedi 25 juillet 2020
Pour lutter contre l'insécurité, Castex annonce à Nice des mesures de "proximité"
Le Premier ministre Jean Castex à Nice le 25 juillet 2020 - YANN COATSALIOU (AFP)

"La seule loi qui vaille, c'est celle de la loi républicaine et de l’État de droit": en visite à Nice, Jean Castex a affiché samedi sa détermination à lutter contre l'insécurité et annoncé des mesures de "proximité", dont l'expérimentation de l'extension des compétences de la police municipale.

Aux côtés des ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Eric Dupond-Moretti, le Premier ministre a aussi annoncé, lors d'un discours prononcé en préfecture, la généralisation à la rentrée des amendes forfaitaires pour consommation de drogue.

Elle doit permettre, selon le Premier ministre, de "lutter contre les points de vente qui gangrènent les quartiers".

Les trois membres du gouvernement avaient justement déambulé auparavant dans un de ces quartiers gangrénés par le trafic de drogue: celui des Moulins, où des coups de feu avaient notamment éclaté en plein jour lundi devant un supermarché.

Là, le chef du gouvernement a été interpellé par des habitants. "Pourquoi c'est nous qui trinquons? Pourquoi on libère si rapidement les trafiquants ?", lui a lancé Véronique, 40 ans.

 "Incertitude"

"La justice a trop longtemps été délaissée", a reconnu dans son discours un peu plus tard le Premier ministre: "L'important dans une peine, ce n'est pas sa sévérité mais sa certitude, disait déjà au XVIIIe siècle le philosophe (italien) Cesare Beccaria. L’État, faute de moyens suffisants, a laissé s'installer l'incertitude".

Pour y remédier, Jean Castex a annoncé la création de 150 emplois supplémentaires fin 2020 pour "renforcer l'action pénale de proximité pour la répression de la délinquance du quotidien".

"La sécurité, c'est aussi et d'abord la proximité", a poursuivi le Premier ministre: "Les ministres vont redéployer des moyens sur le terrain pour la justice de proximité et la police du quotidien".

Saluant notamment l'action des maires, il a donné satisfaction à son hôte du jour Christian Estrosi (LR), farouche partisan d'une telle mesure, en annonçant l'expérimentation prochaine à Nice de l'extension des compétences de la police municipale.

"Il nous appartient de prouver que cette confiance est bien placée", s'est félicité aussitôt Christian Estrosi, qui a par ailleurs annoncé le recrutement de 80 policiers municipaux supplémentaires.

Autre satisfaction pour l'élu: 60 policiers seront prochainement déployés dans la capitale azuréenne, a annoncé M. Castex, le projet d'hôtel des polices de la ville, regroupant polices nationale et municipale, "bénéficiera des crédits du plan de relance de la rentrée", et la création d'un nouvel établissement pénitentiaire de 650 places "sera priorisée", a précisé à l'AFP l'entourage du garde des Sceaux.

 

"Ne rien laisser passer"

Avant sa déambulation dans le quartier des Moulins et son discours, le Premier ministre avait observé avec MM. Darmanin et Dupond-Moretti une minute de silence en hommage aux 86 victimes de l'attentat commis sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016 à la Villa Masséna.

"Nous assistons à une crise de l’autorité. Il faut stopper l'ensauvagement d’une certaine partie de la société. Il faut réaffirmer l’autorité de l’État, et ne rien laisser passer", avait insisté avant cette visite M. Darmanin dans une interview au Figaro. Déjà venu dans la capitale azuréenne jeudi, le ministre de l'Intérieur avait adopté la même posture martiale en promettant de "faire plier ceux qui veulent faire plier la République".

Dès sa déclaration de politique générale, le 15 juillet, M. Castex avait promis "une réponse ferme et sans complaisance" à des "faits inacceptables qui exaspèrent les Français", évoquant plusieurs épisodes récents, dont les violences commises à Dijon ou "l'attaque ignoble" contre un chauffeur de bus à Bayonne.

Le chef de l’État Emmanuel Macron a enfoncé le clou mardi en assurant qu'il serait "intraitable" sur les incivilités à l'égard notamment des forces de l'ordre et des pompiers.

Jean Castex, qui avait réservé l'une de ses premières visites de terrain à un commissariat de la Courneuve (Seine-Saint-Denis) est très attendu sur ces sujets, qui offrent un angle d'attaque aux oppositions de gauche comme de droite, critiques sur la stratégie de l'exécutif face aux questions régaliennes.

Samedi, pendant sa visite, le corps d'un jeune homme, sans doute tué par arme blanche, a été découvert dans les parties communes d'un autre quartier sensible de Nice, l'Ariane. Et à Nîmes, c'est une fusillade, sans doute un règlement de comptes, qui a fait un mort et 3 blessés dans la nuit de vendredi à samedi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Vendeta973 29.07.2020
« Ne rien laisser passer »....

....la Statue, toujours pas de son ni d’image...
....Le bordel devant la prefecture...toujours pas de suite judiciaire...
Ainsi va la vie en Guyane qui doit être une exception aux directives gouvernementales...

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 26.07.2020
Rétrograde

Les gouvernements français se suivent et se succèdent et sont toujours aussi ringards.

Prenez exemple sur les USA et le Canada où le business du cannabis rapporte des milliards.

Je ne veux pas que mon fils soit dépendant à quoique ce soit mais si je devais choisir, je préférerais qu'il consomme tranquillement des joints chez lui plutôt que de picoler toute la journée devant le chinois.

Répondre Signaler au modérateur
dny973 26.07.2020

Une contravention . Oui, cela sera bien plus efficace qu'un rappel de la Loi. On touche directement aux portes monnaies. Mais cela sera pour le consommateur qui, gentillement, acceptera de décliner nom, prénom et adresse pour recevoir gentillement son amende. Mais chez nous, avec la belle armée de bons à rien qui tient les murs de chaque cité et chaque recoin des villes et communes, pensez vous qu'ils seront aussi coopérant ? alors oui c'est une mesure qui vaut le coup de punir une partie ( les consommateurs). Et c'est déjà très bien. En quoi c'est bien ? et bien, ce même consommateur de drogue, qui vient acheter et qui repart au volant par exemple, se pose un peu plus loin et fume son joint. Ce même gars reprend son volant en mode "bien Staub, bien Faya, bien pété", roule et tue votre mère, votre soeur, votre petit frère ou votre enfant. On dit quoi? c'est un scénario catastrophe mais ça arrive. Ce n'arrive pas qu'aux autres et pas ailleurs seulement. L'alcool fait pire c'est vrai mais c'est un autre combat et on ressort rarement avec un rappel a la loi lorsque l'on roule alcoolisé. Donc oui un bon début mais juste un début. D'autres combats sont encore à terminer et à gagner. Une amende pour celui qui fume et qui devrait être assorti d'une prévention au bout d'un certain temps. Quant aux vendeurs etrangers (oups! j'ai dit étrangers, j'aurai des problèmes moi), et de fait illégaux ( car vente pas légal et errangers sans doute sans titre de séjour valable), direction "rentré en to pays". La Baule ? Awa! trop cher car payer pour le nourrir toute la journée et regarder la télé, Awa pas possible. Avion ? Awa, trop cher pour l'Etat. Finalement, ça fera cher pour chaque vendeur. Bon ben pour les vendeurs, c'est pas encore ça. La justice cherche toujours une solution"moins cher".

Répondre Signaler au modérateur
caracara 26.07.2020

Hou la la, ça va barder! Je n'aimerais pas être à la place des voyous; les pauvres vont vivre un véritable enfer! Actuellement, ils doivent trembler et avoir la peur au ventre, non, ou plutôt se tordre de rire! Bref, il vaut mieux entendre ces niaiseries que d'être sourd ou lire ces inepties que d'être aveugle!

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 25.07.2020

Ici sévit une bande cagoulée, armée de sabres, qui terrorise les fonctionnaires et aurait, dit on, infiltré jusqu’à la CTG! On les soupçonne aussi d’avoir tenté de brûler la préfecture!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 25.07.2020
200 euros le chichon

Et oui, enfin une mesure efficace, le fait de trimballer de la beuh, ou de fumer un chichon sera sanctionné d'une simple amende de 200€.
De quoi faire monter les prix à la consommation...
Si on pouvait faire un truc du genre contre le tabac, ça serait aussi bien.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une