France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Pour l'anniversaire du mouvement, les "gilets jaunes" espèrent remobiliser la rue

Vendredi 15 novembre 2019
Pour l'anniversaire du mouvement, les "gilets jaunes" espèrent remobiliser la rue
Des gilets jaunes bloquent la circulation près de la frontière avec l'Espagne, le 17 novembre 2018 au Boulou - RAYMOND ROIG (AFP)

Les "gilets jaunes", qui peinent à mobiliser depuis des mois, ont battu le rappel des troupes pour le premier anniversaire du mouvement social ce weekend, notamment à Paris où les autorités s'attendent samedi à l'afflux de "plusieurs milliers" de personnes, dont des manifestants radicaux.

Il y a longtemps qu'un weekend de "gilets jaunes" n'avait pas connu autant d'effervescence: plus de 200 actions (tractages, manifestations, occupations de ronds-points) ont été programmées tout le weekend selon une liste publiée sur Facebook.

Dès vendredi matin, une centaine de "gilets jaunes" ont bloqué une usine chimique classée Seveso à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), près de Saint-Nazaire, avant d'être délogés par la police.

Si l'incertitude demeure sur l'ampleur de la mobilisation, le secrétaire d’État à l'Intérieur Laurent Nuñez a reconnu vendredi sur France 2 "un intérêt un peu plus marqué" et évoqué "un dispositif adapté" côté forces de l'ordre, pour l'anniversaire de ce mouvement inédit qui a ébranlé le pouvoir.

Les derniers "actes" des "gilets jaunes" n'ont jamais rassemblé plus de quelques milliers de personnes, loin des 282.000 manifestants comptabilisés par les autorités le 17 novembre 2018 lors du samedi inaugural d'un mouvement rapidement marqué par des scènes de violence inédites à Paris et en régions et par la dénonciation de "violences policières".

Selon un sondage Elabe diffusé mercredi, 55% des Français soutiennent ou ont de la sympathie pour la mobilisation, mais 63% ne souhaitent pas qu'elle reprenne.

"Ça n'est pas normal qu'on soit encore dans la rue au bout d'un an", a jugé Priscillia Ludosky, l'une des figures du mouvement, sur le site Regards. "C'est compliqué de se dire qu'il n'y a pas de réponse politique en face et d'être un petit peu en perte d'énergie sur la mobilisation."

"Il y aura une mobilisation importante mais pas comme celles que nous avons pu enregistrer en décembre ou janvier au niveau national", estime une source sécuritaire, qui attend "plusieurs milliers de personnes" à Paris, dont "200 à 300 ultra-jaunes et 100 à 200 militants d'ultragauche".

La préfecture de police de Paris a invité les manifestants "à se désolidariser des groupes de personnes se masquant et s'apprêtant à commettre ou commettant des violences et/ou des dégradations".

- Opération escargot -

Sur les événements Facebook, pas de mot d'ordre ni de revendications précises, mais des références à "la fête" et à "l'anniversaire" du mouvement, né il y a un an d'une colère contre une taxe sur le carburant avant d'adopter de multiples autres revendications comme la démission d'Emmanuel Macron ou plus de démocratie directe.

L'événement le plus populaire, baptisé "Acte 53 Gilets Jaunes l'anniversaire sur les Champs-Élysées", réunit plus de 5.000 participants et plus de 6.700 personnes intéressées.

La célèbre avenue sera cependant interdite, comme chaque samedi depuis les violences survenues le 16 mars. Le collectif des "gilets jaunes citoyens", à l'initiative du rassemblement, "maintient l'appel" malgré le refus de la préfecture de police et conseille aux manifestants de "retirer" leurs gilets.

Opposé aux manifestations déclarées, Éric Drouet, figure du mouvement, a appelé dans une vidéo en ligne à une "opération escargot" sur le périphérique à partir de 10H00 puis sur les Champs-Élysées à partir de 14H00.

Le chauffeur routier, qui refuse d'endosser le rôle d'organisateur, a également évoqué l'idée d'un rassemblement à pied "hors de la zone interdite", dans un lieu encore non déterminé, puis de rejoindre l'avenue "sans signes distinctifs, ni gilets jaunes".

Priscillia Ludosky sera elle à la tête d'une manifestation déclarée qui partira à 14H de la place d'Italie pour rejoindre la place Franz-Liszt (10e).

Ailleurs, des rassemblements sont programmés dans plusieurs grandes villes dont Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse. Des appels à réinvestir les ronds-points, avec ou sans blocages, ont également été lancés à Besançon, Calais, Colmar, Dole, Dunkerque ou Montpellier.

Enfin, des barrages au péage de Virsac (Gironde) sur l'A10, saccagé fin novembre 2018, et au niveau de sorties d'autoroutes sur l'A7 dans le Vaucluse ou sur l'A47 dans la Loire sont également prévus.

Dimanche, des rassemblements sont aussi annoncés à Paris et en province. Un hommage sera notamment organisé à Pont-de-Beauvoisin (Isère) en mémoire d'une manifestante de 63 ans tuée au premier jour des manifestations, après avoir été percutée par une voiture sur un rond-point.

bur-grd-alh-sm-rfo/tib/sd

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire