France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Masters 1000 de Paris: Chardy enraye la machine Medvedev

Mardi 29 octobre 2019
Masters 1000 de Paris: Chardy enraye la machine Medvedev
La joie du Français Jérémy Chardy, tombeur de N.4 mondial, le Russe Daniil Medvedev, le 29 octobre 2019 au Masters 1000 de Paris - Christophe ARCHAMBAULT (AFP)

La machine russe a fini par s'enrayer : Jérémy Chardy a fait dérailler le N.4 mondial Daniil Medvedev, qui restait sur six finales consécutives, dès son entrée en lice au Masters 1000 de Paris mardi.

Chardy (65e), issu des qualifications, s'est offert une des victoires les plus prestigieuses de sa carrière en trois sets (4-6, 6-2, 6-4) aux dépens du Russe qui avait rallié la finale des six derniers tournois qu'il avait disputés depuis août, de Washington à Shanghai, en passant par Montréal, Cincinnati, l'US Open et Saint-Pétersbourg (3 victoires et 3 défaites). Il affrontera l'Américain John Isner ou le Chilien Cristian Garin pour une place en quarts de finale.

"Gagner contre un mec comme lui, c'est une super sensation. A la fin, il y avait tout qui tremblait, reconnaît Chardy. Mais je n'avais rien à perdre."

Jusque-là, le Palois n'avait pas battu le moindre top 20 en 2019.

Et ça ne semblait pas parti pour changer, tant Medvedev (23 ans) dégageait une impression de sérénité à toute épreuve au cours du premier set. Impeccable au service, intraitable sur ses mises en jeu. Mais la mécanique russe s'est grippée sans qu'on s'y attende, ce qui lui a coûté deux breaks coup sur coup dans le deuxième set.

Puis le début du troisième, avec huit occasions envolées en trois jeux, a mis ses nerfs à rude épreuve.

- Moutet défie Djokovic... -

Et c'est finalement Chardy qui a breaké pour mener 4-3. Une ultime balle de break, pour recoller à 5-5, n'a pas souri non plus à Medvedev. La statistique est sans appel : sur quinze obtenues, il n'en a converti qu'une. Insuffisant.

Paris ne lui réussit décidément pas : au printemps, il s'était également incliné d'entrée à Roland-Garros (contre Herbert).

Il y a deux jours, Corentin Moutet, lui, pliait au dernier tour des qualifications, contre Chardy justement. Repêché in extremis grâce au forfait de Richard Gasquet, il a gagné sur le court le droit de défier Novak Djokovic après sa victoire 6-4, 1-6, 6-3 face au Serbe Dusan Lajovic (34e) - sa toute première en Masters 1000.

Jamais Moutet (20 ans, 97e) n'a affronté le N.1 mondial. Mais il en faut plus pour émouvoir le jeune Francilien au caractère tempétueux.

"Je ne suis pas vraiment impressionné par Djokovic ou par les autres joueurs, assure-t-il. Mais j'ai beaucoup de respect pour sa carrière: aujourd'hui, c'est le meilleur joueur du monde. Il est très constant, quand il joue un tournoi, il le gagne souvent, je vais essayer de surpasser ça et d'être meilleur que lui."

- ... et Mannarino s'attaque à Nadal -

Les autres Français n'ont pas connu la même réussite. Gilles Simon a été forcé à l'abandon par une blessure à la cuisse gauche survenue dès ses premiers jeux contre Denis Shapovalov (2-2). Puis Ugo Humbert n'a pas tenu la longueur face à Grigor Dimitrov (4-6, 6-1, 6-2).

La deuxième journée a également été fatale au tenant du trophée, le Russe Karen Khachanov (N.8), éliminé d'entrée par Jan-Lennard Struff (36e) 7-6 (7/5), 3-6, 7-5. Alexander Zverev (N.6), le mieux placé pour empocher un des deux derniers sésames pour le Masters de fin de saison, a lui fait un pas de plus vers Londres en écartant en moins d'une heure l'Espagnol Fernando Verdasco (6-1, 6-3).

Avec l'entrée en lice de Djokovic, mais aussi celle de Rafael Nadal, le tournoi parisien monte en gamme mercredi et les deux premiers joueurs mondiaux reprennent leur duel pour la place de N.1 mondial en fin d'année.

Nadal, assuré de détrôner le Serbe lundi prochain au classement ATP, quels que soient leurs résultats respectifs, est opposé à Adrian Mannarino (43e). Un titre sous le toit de Bercy, là où le roi de Roland-Garros ne s'est encore jamais imposé, lui garantirait de se maintenir au sommet du tennis mondial jusqu'au bout de 2019.

Son tableau s'est éclairci d'un coup lundi avec le forfait de Roger Federer. A la place du Suisse, l'Espagnol pourrait hériter en demi-finale de Gaël Monfils, qui débute lui contre Benoît Paire (23e) mercredi.

Un événement en soi, puisque Monfils n'a plus joué à Bercy depuis 2015 et, précisement, un revers contre Paire dès le premier tour.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une