• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Marseille: piste criminelle privilégiée après l'incendie qui a fait trois morts

Samedi 17 juillet 2021
Marseille: piste criminelle privilégiée après l'incendie qui a fait trois morts
Les marins-pompiers de Marseille sur les lieux de l'incendie meurtrier d'un immeuble dans la cité phocéenne, le 17 juillet 2021 - CLEMENT MAHOUDEAU (AFP)

L'enquête sur l'incendie qui a fait trois morts samedi dans un immeuble en partie squatté d'un quartier déshérité de Marseille s'oriente vers "la piste criminelle", a annoncé la procureure de Marseille, Dominique Laurens.

"Nous avons au moins l'existence de deux départs de feu, l'un au sixième étage, l'autre dans la cage d'escalier. Ce qui nous fait partir sur une piste criminelle", a déclaré la procureure lors d'un point presse, s'inquiétant de la situation très tendue sur place entre des Nigérians squattant la résidence et des trafiquants de drogue.

Selon un bilan actualisé du parquet, trois hommes de 20 à 30 ans de nationalité nigériane sont décédés après s'être défenestrés, deux autres personnes qui ont sauté sont en urgence absolue et un enfant âgé de deux à trois ans est très gravement brûlé. Neuf autres personnes sont plus légèrement blessées.

L'incendie s'est rapidement propagé à l'ensemble des étages par les gaines techniques. Mais il n'a pas atteint les appartement qui sont "indemnes de pénétration de fumée".

Les victimes auraient donc "totalement paniqué" voyant que la cage d'escalier était hors d'usage, raconte la procureure. Pourtant les marins-pompiers, prévenus à 5H23 sont arrivés six minutes plus tard.

Ce bâtiment de la cité des "Flamants", situé dans le 14e arrondissement, l'un des plus pauvres de la deuxième ville de France, était voué à être détruit dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine. Dans l'immeuble incendié, un seul locataire de logement social restait. Le reste du bâtiment était largement squatté par des migrants de la communauté nigériane.

La cage d'escalier était par ailleurs un point de deal notoire, avec des prix de stupéfiants indiqués sur les murs, a précisé la procureure.

"En l'état, les motifs nous ne les connaissons pas mais sur place la situation est extrêmement tendue", a reconnu Dominique Laurens qui a appelé au calme et lancé un appel à témoins.

La communauté nigériane est très remontée contre les trafiquants qu'elle accuse d'être à l'origine du drame. "C'est une rumeur, maintenant il faut l'objectiver par des témoignages", a insisté Dominique Laurens.

L'enquête a été ouverte des chefs de destruction, dégradation de biens par incendie ayant entraîné la mort, des mutilations ou infirmités. La police judiciaire est chargée de l'enquête.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire