France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Macron lance officiellement le nouveau sous-marin nucléaire français

Vendredi 12 juillet 2019
Macron lance officiellement le nouveau sous-marin nucléaire français
Le président Macron lors de la cérémonie de lancement du Suffren à Cherbourg, le 12 juillet 2019 - Lou BENOIST (AFP)

Le président de la République Emmanuel Macron a officiellement lancé vendredi à Cherbourg le Suffren, premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque plus discrets et polyvalents, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Devant le mastodonte d'acier noir de 99 mètres de long dont l'étrave est recouverte d'une cocarde bleu-blanc-rouge et les parties confidentielles masquées à la vue des 700 invités, le président, encadré de deux salariés du constructeur Naval Group et de deux membres de l'équipage du navire, a simplement abaissé une manette.

S'est alors déclenchée une micro-animation video simulant la présence du sous-marin dans son milieu naturel, l'océan.

La ministre australienne de la Défense Linda Reynolds, dont le pays a acquis 12 sous-marins de cette classe nommée Barracuda dans une version non-nucléaire à propulsion diesel-électrique, a assisté à la cérémonie ainsi que de nombreuses délégations étrangères, dont l'ancien Premier ministre et ex-maire de Cherbourg Bernard Cazeneuve.

Le chef de l'Etat, qui a rencontré les membres de l'équipage et les équipes industrielles, doit prononcer une courte allocution. Il a auparavant visité les entrailles du sous-marin et notamment son "coeur numérique", le centre d'opérations d'où est commandé le bâtiment.

Dans ce compartiment, un joystick pour diriger le sous-marin, de nombreux écrans marquant la digitalisation du bâtiment, notamment pour retransmettre les images d'une caméra fixée en haut d'un mât qui remplace le périscope.

"Ca change", a lâché le président, qui avait déjà passé plusieurs heures à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) après son entrée en fonction.

Il a également visité les quartiers de l'équipage. Celui-ci comprend 63 personnes et deux oreilles d'or, ces spécialistes capables d'identifier grâce au sonar les bruits extérieurs. L'équipage pourra comprendre des femmes, le sous-marin étant moins exigu que la génération qu'il remplace de la classe Rubis.

Les chambres sont notamment de six personnes maximum, contre 12 auparavant.

Le Suffren pourra naviguer en toute autonomie pendant 70 jours (contre 45 pour les Rubis) à 350 mètres de profondeur.

Outre les missiles antinavires et de nouvelles torpilles, il emportera des missiles de croisière (MdCN) de 1.000 km de portée et pourra déployer des forces spéciales dotées d'un propulseur sous-marin.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une