• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le début des vacances d'été à l'ombre d'une grève dans les aéroports

Vendredi 01 juillet 2022
Le début des vacances d'été à l'ombre d'une grève dans les aéroports
Environ 10% des vols seront annulés vendredi au départ et à l'arrivée de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CDG) pour la deuxième journée de suite en raison d'un mouvement social des pompiers lié aux salaires - ERIC PIERMONT (AFP/Archives)

Annulations et retards: le conflit social dans des aéroports français, en particulier Roissy-Charles-de-Gaulle, va se poursuivre ce week-end et risque d'affecter les grands départs la semaine prochaine, après l'échec de négociations salariales vendredi.

La grève des pompiers du premier aéroport de l'Hexagone (CDG) a déjà contraint les compagnies à annuler un vol sur six jeudi et vendredi entre 7h00 et 14h00. Samedi, cette proportion va monter à un vol sur cinq, a annoncé vendredi soir la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Ces annulations préventives ont été décidées pour des raisons de sécurité, la grève nécessitant la fermeture d'une partie des pistes.

"Le mouvement se poursuit chez les pompiers", qui sont "insatisfaits des propositions de la direction" en matière de grille de salaires, a confirmé à l'AFP Daniel Bertone, le secrétaire général de la CGT du Groupe ADP, le gestionnaire des aéroports de Paris.

Vendredi, les soldats du feu ont été rejoints par d'autres salariés d'ADP et de sous-traitants dans le cadre d'un mouvement intersyndical et interprofessionnel pour les salaires et les conditions de travail, dont le préavis court tout le week-end.

Selon M. Bertone, de nouveaux préavis ont également été déposés pour le week-end prochain, qui marquera le début des vacances scolaires d'été et voit traditionnellement un pic de fréquentation dans les aéroports.

Les négociations de vendredi, qui n'ont pas abouti, portaient sur les salaires au sein du Groupe ADP, contrôlé en majorité par l'Etat.

Selon M. Bertone, les salariés réclament 6% de revalorisation avec effet rétroactif au 1er janvier, pour compenser l'inflation; la direction a proposé 4% au 1er juillet, a-t-il dit.

Relevant un "manque de confiance" vis-à-vis de la direction, le syndicaliste a remarqué que cette hausse ne compensait pas les quelque 5% de baisses acceptées par les salariés dans le cadre de réduction des coûts décidé par ADP pour faire face à la crise du Covid-19 en 2020-2021.

- Passagers philosophes -

La direction n'a pas confirmé les chiffres évoqués par la CGT, se bornant à concéder que "les négociations n'ont pas abouti, mais le dialogue social demeure ouvert".

Les vols annulés vendredi ont représenté 100 mouvements d'aéronefs sur les 1.300 prévus dans la journée. Le trafic à Orly n'a en revanche pas été affecté.

Quelque 300 salariés et sous-traitants grévistes ont manifesté vendredi matin entre les terminaux, bloquant ponctuellement les accès routiers, selon ADP qui pointait aussi "quelques retards" d'avions au départ.

"Depuis la crise du Covid, il y a pas mal de collègues qui ont été licenciés. On se retrouve à faire le travail de trois personnes", a témoigné Anissa Belabbas, régulatrice, salariée du groupe 3s Alyzia et représentante CGT: "on demande une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail. Il nous faut des gens qui connaissent le métier. Sinon on vous demande des cadences plus importantes".

Le calme semblait régner du côté des passagers vendredi.

"Mon vol a été décalé de 2h, ça me fait un décalage de 13 heures à l'aéroport de Nairobi", a expliqué à l'AFP Michel, 42 ans, en refusant de donner son nom de famille.

"C'est la première fois que ça m'arrive mais quand on ne peut pas changer les choses, on prend ça avec philosophie. Et quand on habite en Afrique, on a l'habitude de prendre le temps", a-t-il développé en souriant.

"Une heure ou deux de retard pour un vol de 12 heures, ce n'est pas ça qui change ma vie. J'étais au courant que la journée serait longue", a renchéri Karim Bbahla, un "streamer" de 29 ans en partance pour San Francisco.

À l'appel d'une intersyndicale FO-CGT-CFE-CGC, un préavis de grève a également été déposé de vendredi à lundi à Marseille-Provence, mais sa direction ne prévoyait ni annulation ni retard, des personnels ayant été réquisitionnés par arrêté préfectoral.

Les grévistes dénoncent une détérioration des conditions de travail et des diminutions de primes.

ADP invite les passagers à arriver "trois heures (avant le vol) pour un vol international" et "deux heures pour un vol domestique ou européen".

L'été s'annonce très difficile dans le secteur aérien européen, qui peine à retrouver son efficacité après la pandémie et connaît de nombreux mouvements sociaux.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 05.07.2022

aucun rapport...

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 01.07.2022
toujours pareil

syndicats francais specialiste pour "tenir en otage" les gens... aux usa et allemagne, syndicats sont pas "communistes", y negocient avec les patrons, resultat sa bloque pas comme en France...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 01.07.2022

Même si rentrer dans le détail n'a aucun intérêt avec/pour vous...les syndicats n'ont pas le même poids dans les pays que vous citez et c'est ce qui explique, en partie, que vous n'avez plus un boulet aux pieds justement...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 01.07.2022

Le petit-bourgeois de droite qui se plaint de la revendication sociale… Pour rappel, Jean-Victor et Davy, ils sont syndicalistes et inscrits dans un groupe communiste à l’assemblée… La Guyane est officiellement à gauche en ce moment, du côté des grévistes, il faut t’y faire.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 02.07.2022
Très drôle

La gauche Guyanaise syndicaliste...lol
Des fonctionnaires, bénéficiant de 40% de majoration de salaire, 40% abattement sur l'impôt, primes et avantages généreux, d'horaires et conditions de travail à 3000 années lumières des conditions ouvrières dont ils ignorent tout.
Et en plus gauche syndicaliste volontiers xénophobe et raciste à ses heures.
Vous reculez devant aucune exagération Bellod, même les plus grossières.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 02.07.2022

En l'occurrence l'abattement fiscal de 40% c'est pour tous les contribuables mon mignon...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 02.07.2022

Alors donc, toi tu tutoies surtout pas, mais par contre tu donnes direct dans le «mon mignon». Pas si tendue du string, finalement ta rigueur protocolaire…

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 03.07.2022
Nobles valeurs effectivement

Bien sûr que c'est pour tout le monde, sauf que le cumul majoration + abattement ne l'est pas.
Une injustice sociale qui fracture particulièrement la société Guyanaise mais qui n'est jamais dénoncée par les socialistes-humanistes-solidaires, ni même par nos indépendantistes révolutionnaires, eux même tous fonctionnaires biberonnés aux privilèges coloniaux.
Définition de gauche guyanaise : Se draper dans des élans humanistes et de justice universelle pour finalement œuvrer dans le maintient des privilèges coloniaux d'une minorité (et participer à l’évacuation manu militari de squats pour garder la forme).
C'est beau.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 04.07.2022

Ce qui est surprenant, c’est que vous ne semblez connaître qu’une « minorité » locale biberonnée (noter au passage votre goût pour l’infantilisation). Et bizarrement, vous ne vous en prenez qu’à celle qui remet justement plus ou moins en cause le statut quo politique actuel… Ce qui est pour le moins troublant en terme de volonté d’oeuvrer pour le maintien de privilèges. En gros, cette minorité qui se faisait bâtonner au début des années soixante, devrait s’estimer heureuse que les mœurs aient évoluées de ce côté-là (un privilège il est vrai) et devrait donc la fermer sur le marasme politico-économique local…en guise d’héritage colonial au rabais suffisant, mais selon vous privilégié.

Il n’empêche que je partage tout de même votre idéalisme déçu à propos de l’attitude de la gauche supposée universaliste et voire internationaliste…

https://www.leparisien.fr/paris-75/le-pc-expulse-des-squatteurs-21-12-2012-2423947.php

https://www.revolutionpermanente.fr/Pour-Roussel-sans-droit-d-asile-on-a-vocation-a-rentrer-chez-soi-nouvelle-sortie-reac-du-PC

Vous attendiez visiblement tellement mieux de la gauche guyanaise, c’est sans doute une forme d’affection particulière. Mais guère plus rationnelle et fonctionnelle, que votre approche via ce prisme foncièrement identitaire (les minorités).

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 04.07.2022

N'oubliez pas que la colonisation contemporaine reste un fait de la 3ème république au nom de valeurs humanistes et républicaines...donc c'est évident qu'on peut sourire des bonnes volontés des Jules Ferry voulant aider les "races inférieures". La gauche républicaine a toujours eu de "grandes idées" pour palier la misère du monde. La droite conservatrice a toujours assumé de s'occuper de la France.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 02.07.2022

J’y peux rien moi, si j’exagère en vous révélant que c’est un utégiste et un activiste du MDES (soutenu par le NPA) qui ont été élus députés. Vous êtes un peu dans le déni, là Paassy. Et jusqu’à preuve du contraire (toujours pas retrouvé vos archives?) guère plus xénophobes que la petite-bourgeoisie locale, toutes identités confondues… Difficile d’en faire un stigmate évident, donc. Et encore une fois, saluons le fait que malgré une immigration chez nous trés importante, les thèmes de la campagne législative locale ont été globalement infiniment moins xénophobes que ne le laisser craindre, une potentielle tentation clientéliste, au regard du vote sanction de la présidentielle. Au hasard, vous auriez eu des échos sur d’éventuels propos méchamment xénophobes, du style refus de prise en charge digne et humaniste des migrants à la rue, de la part de nos deux députés? Pas moi. L’avantage, c’est qu’à la place qu’ils occupent maintenant, cela va être beaucoup plus facile à disséquer… Plus d’excuses pour vos approximations sans étaiement, ou les miennes au cas où leurs diatribes anti-immigrés m’auraient jusque-là échappées. Sinon, je passe volontiers sur votre envie irrépressible d’une paupérisation financière et statutaire, oh my god, des fonctionnaires, de vos concitoyens syndicalistes… c’est de bonne guerre. L’antagonisme politique démuni est toujours plus sympathique.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 05.07.2022

Paassy, vous avez tout à fait raison encore une fois, ceci dit notez bien que le gauchisme et le syndicalisme (LOL) n'ont aucune rapport avec une condition ouvière quelconque. Le leitmotif du gauchiste est le maintient de ses intérêts personnels.
Le dernier homme de gauche, dans son interprétation classique fut, peut-être, Jaurès. Il l'a bien payé...
Et encore, taisons ses positions sur le colonialisme... au nom de l'époque.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 06.07.2022

Jaurès le dernier, Léon Blum et le front populaire, pas de gauche donc… Ergo nous étale sa science politique.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire