• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La pandémie recommence à accélérer, plus de 65 millions de cas dans le monde

Samedi 05 décembre 2020
La pandémie recommence à accélérer, plus de 65 millions de cas dans le monde
Un client et son enfant passent devant l'arbre de Noël du magasin des Galeries Lafayette à Paris, qui a rouvert samedi après un allègement du confinement en France, le 28 novembre 2020 - GEOFFROY VAN DER HASSELT (AFP)

La pandémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 65 millions de personnes et en a tué plus de 1,5 million, a recommencé à accélérer dans une partie du monde, ce qui n'a pas empêché certains pays à se montrer plus optimistes, à commencer par la Grande-Bretagne.

Les autorités sanitaires britanniques ont ainsi jugé vendredi "probable" une régression importante de la pandémie, "d'ici au printemps" grâce à la vaccination, tout en appelant à se préparer à une recrudescence après Noël.

Pays le plus endeuillé en Europe par la pandémie (plus de 60.000 morts), le Royaume-Uni est devenu cette semaine le premier pays occidental à autoriser un vaccin contre le Covid-19 en donnant son feu vert à celui de Pfizer et BioNTech. Les premières doses doivent être injectées la semaine prochaine.

Il a été rejoint vendredi par Bahreïn, deuxième pays dans le monde à accorder une telle autorisation.

Le Covid-19 a fait à ce jour au moins 1.507.480 morts, pour 65,2 millions de cas, selon un comptage de l'AFP vendredi.

Et depuis le 24 novembre, plus de 10.000 nouveaux morts sont enregistrés chaque jour sur la planète (12.658 jeudi), un niveau jamais atteint auparavant.

Le Canada a ainsi franchi vendredi le seuil des 400.000 cas en 24 heures, à peine plus de deux semaines après avoir atteint les 300.000, marquant une accélération de la pandémie dans ce pays

Avec l'arrivée des vaccins, "nous commençons à apercevoir la fin de la pandémie", a estimé vendredi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'un sommet de l'ONU sur la pandémie.

Mais "nous ne pouvons tout simplement pas accepter un monde dans lequel les pauvres et les marginalisés sont piétinés par les riches et les puissants dans la ruée vers les vaccins", a-t-il martelé, alors que le début des campagnes de vaccination est annoncé comme imminent dans certains pays - les plus riches de la planète.

- Les Français antivax? -

En France (54.140 morts), plus la vaccination prévue début janvier approche, moins les Français semblent vouloir se faire vacciner: seule la moitié en a l'intention, contre deux tiers en juillet, selon Santé publique France (SpF).

L'amélioration de la situation pourrait aussi conforter certains Français dans leur refus d'un vaccin. Le nombre des personnes mortes à l'hôpital du Covid-19 est passé sous les 300 au cours des dernières 24 heures, à 284, tandis que la décrue en réanimation se poursuit, a ausi indiqué SpF vendredi.

Pour éliminer les obstacles, la vaccination sera gratuite. La campagne commencera en janvier pour les seniors en établissements de santé, et se poursuivra en février pour les personnes fragiles, puis au printemps pour l'ensemble de la population.

Suivant une stratégie similaire, l'Espagne espère vacciner 15 à 20 millions de ses concitoyens, sur une population de 47 millions, d'ici mai ou juin prochain. "Nous allons pouvoir commencer la campagne de vaccination début janvier", selon le ministre de la Santé, Salvador Illa.

La situation s'est améliorée récemment dans ce pays parmi les plus durement frappés d'Europe, mais le gouvernement régional de Madrid a néanmoins décidé vendredi d'annuler le traditionnel rassemblement du 31 décembre à la Puerta del Sol, en plein coeur de la capitale, pour avaler des grains de raisin au son des douze coups de minuit.

- Ski restreint en Suisse -

La situation reste contrastée en Europe.

Un nombre record de 993 morts en 24 heures a été enregistré jeudi en Italie. Le gouvernement a durci les conditions de déplacement à l'intérieur du pays pour les fêtes de fin d'année.

En République tchèque, les commerces, restaurants et musées ont rouvert.

En Grèce, le confinement en vigueur depuis un mois a été à nouveau prolongé d'une semaine en raison de taux toujours élevés de contaminations.

La puissante Eglise orthodoxe grecque, jusqu'ici largement sceptique voire hostile aux mesures anti-Covid, a ainsi vu son propre chef être contaminé.

En Suisse, il sera possible de skier à Noël, mais la capacité dans les installations de transport fermées comme les trains et télécabines sera limitée et le masque obligatoire, a annoncé vendredi le gouvernement, sous la pression de la France, de l'Italie et l'Allemagne voisines, où les remontées mécaniques resteront à l'arrêt.

- Flambée post-Thanksgiving -

Sur l'autre rive de l'Atlantique, la situation, en revanche, est encore loin de s'améliorer. Aux Etats-Unis, qui paient le plus lourd tribut avec plus de 278.000 morts, les voyages effectués il y a une semaine pour Thanksgiving par des millions d'Américains risquent de provoquer "une flambée s’ajoutant à la flambée", redoute ainsi l'immunologue Anthony Fauci.

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi, pour le deuxième jour consécutif, un record de contaminations en 24 heures, avec 225.201 nouveaux cas selon l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Au Brésil, les centres commerciaux de Rio de Janeiro seront ouverts 24 heures sur 24 pour tenter d'éviter les foules pour les achats de Noël. Mais cette annonce va à contre-courant des recommandations de spécialistes qui préconisaient de nouvelles restrictions face à l'augmentation inquiétante du nombre des nouveaux cas et morts de Covid-19 ces dernières semaines.

Au Japon, les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo, reportés à l'été 2021, ont annoncé que la facture allait augmenter d'au moins 2,1 milliards d'euros, à cause des coûts liés au report et des mesures sanitaires qui seront mises en place pour l'événement.

burx-mba/hba/ob/plh

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

g6d 03.12.2020
ce n'est pas ici

en Guyane que cela arrivera. Les mêmes Guyanais qui veulent que soit créé un pôle de recherche médicale se considèrent comme cobayes dès que la modification d'un protocole médical est annoncée. Il ne se basent que sur les rumeurs de réseaux sociaux et veulent bien profiter des progrès de la médecine, seulement s'ils ont été testés ailleurs.
L'incompétence et le manque de courage doivent faire partie de leur ADN.

Répondre Signaler au modérateur
13keys973 03.12.2020

Pas besoin de généraliser les 300 000 habitants du pays, vous ne les connaissez pas tous individuellement, et je peux vous assurer qu'il y a bien des guyanais qui sont prêts à tester le vaccin.

Plus généralement, ce n'est pas un problème uniquement local mais bien national et même mondial : partout vous trouverez des personnes pour et contre.

D'ailleurs les français ne sont pas forcément meilleurs sur ce point là, selon un récent sondage: https://www.ipsos.com/fr-fr/barometre-science-et-societe-les-scientifiques-de-moins-en-moins-epargnes-par-la-defiance-des

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire